10 avril 2015 16.00 : L’immigration italienne dans les pays anglophones

Affiche-Version pour sites webSéminaire transversal EMMA-LLACS – Site Saint-Charles Salle 126
Intervenantes :

  • Sonia Cancian (Montréal). « Ancor più caro di un tesoro ». Les lettres d’Antonietta Petris et Loris Palma
  • Roberta Ricucci (Turin). Riscoprire le radici. Giovani italiani nel mondo  / Redescovering roots. Young Italians in the world

Résumés:

  • « Ancor più caro di un tesoro ». Les lettres d’Antonietta Petris et Loris Palma

À l’image des centaines de milliers d’Italiens immigrés au Canada et dans d’autres pays durant la période qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale, Antonietta Petris a quitté l’Italie pour rejoindre sa famille au Canada. Séparée de son fiancé, resté à Venise, Antonietta a écrits ses pensées les plus intimes dans les lettres qu’elle a envoyées à Loris. Nous nous pencherons sur un sujet encore peu exploré, le rôle des lettres d’amour dans les migrations internationales, qui permettent d’aborder selon une approche rarement exploitée, les désirs et les idéaux romantiques des femmes migrantes, souvent décrites, de même que les hommes d’ailleurs, comme des sujets asexués lorsqu’il est question de l’histoire des migrations.

  • Riscoprire le radici. Giovani italiani nel mondo/Redescovering roots. Young Italians in the world

L’intervention portera sur la redécouverte de l’italianité par les descendants de l’immigration italienne vers l’Australie et l’Allemagne. Seront présentés les résultats d’une étude qualitative (à partir d’entretiens avec des jeunes descendants d’immigrés italiens, nés dans les deux pays) analysant la façon dont la référence à l’Italie se maintient et se décline chez ces jeunes qui sont nés et ont grandi dans d’autres contextes nationaux.

Contact: isabelle.felici@univ-montp3.fr

Ce contenu a été publié dans Civilisations, Espace italien / LASI. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.