16 octobre 2015- journée d’études Pèire Bec – RedOc / LLACS – C020 – université Paul-Valéry

portrait-PBecProgramme

9 h 30 : ouverture de la journée par la directrice de l’équipe LLACS et  présentation des travaux par Gérard Gouiran.

10 h : Jean Arrouye, Université d’Aix-Marseille, Pierre Bec, d’un fantastique badin à une réflexion sérieuse sur la langue

10 h 30 : Christian Lagarde, Université de Perpignan : A prepaus del libre de Pèire Bec Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans : essai d’aréologie systématique

11 h : Muriel Batbie-Castell e duo MiegterranaSalutz d’amor a Pèire Bec – concert hommage

Visualiser l’affiche :  1510-07-afficheA3_bec2015 et le programme : 1510-07-programmeA5_bec2015-1

14 h : Marjolaine Raguin, Université Paul-Valéry : Pierre Bec et sa contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux

14 h 30 : Gilda Caïti-Russo, Université Paul-Valéry : Pierre Bec éditeur critique : de la poésie à la prose médiévale

15 h : Laurent Alibert, Universitat Paul-Valéry : Principi poetic e temporalitat liura dins Sonets barròcs enta Iseut

15 h 30 : JC Forêt, Universitat Paul-Valéry, co-responsable edicions Jorn : Caminament dins l’òbra poetica de Pèire Bec

16 h 30 : Joël Cohen, directeur de la Camerata Mediterranea et directeur émérite de la Boston Camerata : Rhyming the notes: Motz e son in a canso of Bernard de Ventadorn

17 h 15: Philippe Martel : conclusions de la journée

Contact : mjvb@orange.fr – 04 67 66 33 31

 

Pierre Bec est mort au début de l’été 2014, à 93 ans. C’est dire qu’avec lui disparaît un des derniers représentants de cette génération d’occitanistes qui durant plus de soixante ans a fait vivre la culture d’oc.

Dans le cas de Pierre Bec, son activité s’est exercée dans plusieurs directions :

- il y a le Pierre Bec romaniste, philologue comme il aimait à se définir lui-même, spécialiste de littérature médiévale et animateur, à Poitiers, de ce Centre de Civilisation Médiévale dont l’influence dépassait le cercle des seuls spécialistes de littérature d’oc. A ce titre on lui doit aussi bien des études pointues sur tel ou tel troubadour que des manuels à destination des étudiants et du public cultivé (anthologies de la poésie lyrique occitane, et de la prose occitane, entre autres). Un intérêt pour la littérature du Moyen Age qui ne l’empêchait pas de s’intéresser aussi aux périodes ultérieures, comme au chant populaire cher à son épouse Eliane Gauzit.

- Il y a aussi le Pierre Bec dialectologue, auteur à ses débuts d’un travail considérable sur les confins des dialectes gascon et languedocien, théoricien aussi du diasystème occitan.

- Il y a le Pierre Bec écrivain, en prose comme en poésie, depuis 1955 et son premier recueil publié (Au briu de l’estona).

- Et il y a le Pierre Bec actif depuis les années 50 dans le cadre de l’IEO, qu’il a présidé d’ailleurs des années durant, intervenant dans ses stages, puis dans les universités d’Eté qui en ont pris la suite dans les années 70.

En bref, aux côtés de ses amis, Pierre Bec a été un acteur de poids dans le processus qui a fait passer l’occitanisme de la confidentialité des premières années d’après-guerre au rang de mouvement social et intellectuel d’envergure. Ceux qui aujourd’hui travaillent sur la matière occitane sont donc d’une certaine manière ses héritiers.

Passé le temps du deuil, le moment est ainsi venu de lui rendre hommage, en revenant sur les divers points d’intervention dans le champ occitan qui ont été les siens.

Les enseignants-chercheurs de l’Université Paul-Valéry, dont certains le connaissent depuis plus de trente ans, n’oublient pas que c’est lui qui a ouvert le Xe congrès de l’AIEO (Béziers-Montpellier) qu’ils avaient organisé en juin 2011.

Il leur a donc semblé important de prendre l’initiative d’une rencontre autour de son héritage, en 2015.

Résumé des interventions

Jean Arrouye : Pierre Bec, d’un fantastique badin à une réflexion sérieuse sur la langue

Sur les quatorze contes des Contes de l’unic six sont fantastiques : on y trouve une pièce sans plafond ni toit mais où la pluie ne tombe pas, une révolte d’objets familiers, un notaire transformé en corbeau, un miroir qui cesse de refléter ce qui est devant lui, des objets et des personnes qui se divisent inexplicablement en deux sous le regard de l’Unic. Toutefois ces faits surprenants n’ont pas pour finalité de confronter le lecteur à l’étrange ou à l’inquiétant. Ils ont pour fonction de souligner l’inadaptation des personnages au monde dans lequel ils vivent. Ainsi que les personnages des autres contes, ils souffrent de solitude, vivent dans un monde cruel (l’un d’eux demande : « Que pòt la rason contra l’irrasonable ? », ce qui est à la fois une constatation que l’apparition du fantastique est inempêchable et que le monde dans lequel il vit est insatisfaisant) et se plaignent des effets désastreux du passage du temps. Parmi ceux-ci la rémanence d’expressions apprises (comptines, proverbes, vers, bribes de chansons, etc) qui influent sur le comportement des personnages ou déterminent leurs actes avec parfois des conséquences fâcheuses. Une autre forme de fantastique s’esquisse alors, de présence plus discrète, qui repose sur l’interaction de la mémoire et du langage, sur la capacité de celui-ci de maintenir son emprise sur le monde dans la durée. On comprend alors pourquoi le philologue du premier conte, qui ressemble à Peire Bec, travaillait sur les valeurs optatives des imparfaits du subjonctif et que certains contes peuvent être lus comme des allégories du sort de la langue dans laquelle ils sont écrits.

Christian Lagarde : A prepaus del libre de Pèire Bec Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans : essai d’aréologie systématique

La tèsi que sostenguèt « en Sorbona » lo Pèire Bèc en 1958 sus « Les interférences linguistiques entre gascon et languedocien dans les parlers du Comminges et du Couserans : essai d’aréologie systématique », editada 10 ans pus tard, a doncas mai de mièg sègle d’existéncia scientifica. Aquel trabalh universitari, menimós e dobèrt, es plan lo rebat de çò que foguèt dins la vida son autor. Òm s’ensajarà a bilanç critic, tant de la validitat de sas concepcions de la frontièra (especialament, de la frontièra lingüistica) coma de l’interès del material lexical e sociolingüistic que porgís al legeire actual.

 

Muriel Batbie-Castell e duo Miegterrana : Salutz d’amor a Pèire Bec – concert hommage

A la fin del sègle 11, apareis en tèrra d’Oc una poesia lirica subrebèla, la dels Trobadors e de las Trobairitz. La cantaira Muriel Batbie Castell e lo musicaire Lakhdar Hanou (laut oriental) nos fan descobrir aqueles poetas occitans e nos menan en viatge per la Mediterranèa (Catalonha,Castilha, Portugal, Magrèb, Grècia, Italia) amb melodias encatarèlas e liuras d’improvisacion.

À la fin du 11e siècle, apparaît dans le sud de l’Europe une merveilleuse poésie lyrique,celle des Troubadours et Troubairitz. La chanteuse Muriel Batbie Castell et le joueur de oud Lakhdar Hanou nous font découvrir ces poètes occitans et nous emmènent aussi en voyage autour de la Méditerranée (Catalogne, Castille, Portugal,  Maghreb, Grèce, Italie) avec des mélodies envoûtantes, riches et libres d’improvisation.

 Marjolaine Raguin : Pierre Bec et sa contribution à une typologie des genres poétiques médiévaux

Nous proposons une réflexion sur la contribution de Pierre Bec à l’établissement d’une typologie des genres poétiques médiévaux. Nous attachant tant à la méthode de ses travaux que leurs résultats, nous chercherons à mettre au jour le fonctionnement de sa typologie et le raisonnement qui la sous-tend (définitions, registres, classements), pour souligner l’originalité de sa démarche et de ses résultats.

 

Gilda Caïti-Russo : Pierre Bec éditeur critique : de la poésie à la prose médiévale

La philologie appliquée à l’édition de texte permet à  Pierre Bec de proposer des éditions de texte qui sortent des sentiers battus en renouvelant complétement l’image des troubadours. Nous rappellerons dans un deuxième temps l’importance de l’édition de la prose médiévale, véritable parent pauvre de la philologie de l’ancien occitan : c’est là que Bec rend compte au contraire encore plus de la richesse de la langue et de la civilisation d’oc.

Laurent Alibert : Principi poetic e temporalitat liura dins Sonets barròcs enta Iseut

Publicats en 1979, los Sonets barròcs enta Iseut constituisson una òbra poetica que se farga dins los ressons pròpris a l’univèrs literari de Pèire Bec. Los poèmas son enrasigats tre lor titol dins doas epòcas de la literatura occitana (la primièra mitat « Sonets barròcs » evòca la renaissença del segle XVI e la segonda « enta Iseut » l’Edat Mejana) e la dedicaça a la memòria de Ramon Busquet i apond la referéncia a la renaissença del segle XX.

La referéncia fa sens al nivèl formal : per aquesta dedicaça, la forma del sonet se tròba presa dins un miralhejar intertextual entre doas epòcas de la literatura occitana, doas renaissenças.

La plaça de l’Edat Mejana i es pasmens notabla : se l’epigrafa religa l’òbra a l’univers literari liric trobadoresc, es pasmens una figura romanesca que i es centrala al punt de n’èstre un personatge eponim del recuèlh. D’autras figuras medievalas rajan dins los poèmas : Perceval, lo Wanderer…

Enfin dins aqueste recuèlh, en mai de jògar un ròtle per la forma poetica causida, l’intertextualitat trabalha a fargar un dialòg entre literatura d’ièr e paraula poetica presenta : l’evocacion geografica de luòcs – que sián dins las doas primièras seccions del recuèlh o dins la darrièra partida intitolada « Païsatges » – desenvolopa aqueste « anar e tornar » dins una temporalitat liura, a l’encòp mitica e personala.

JC Forêt : Caminament dins l’òbra poetica de Pèire Bec

Pèire Bec foguèt lo germanista, romanista e medievista que sabèm. Mas aquel sabent foguèt tanben poèta, un poèta que son òbra s’estira sus quasi seissanta ans. Me propausi de seguir son escritura poetica « al briu dels ans », per reprene en lo desvirant lo títol de son primièr recuèlh. E d’efièch lo temps es un tèma essencial dins tota son òbra, a costat d’autres coma la natura, l’amor, la mòrt e l’Alemanha. Veirem cossí aqueles tèmas s’engimbran entre eles en adoptant sovent las formas e los genres eiretats de l’Edat Mejana, cançon, sirventès, auba, balada, cant reial, sextina, fins a son ultima traduccion de la Chanson de Roland, que se pòt considerar coma una òbra poetica ni cort ni costièr.

Joël Cohen : Rhyming the notes: Motz e son in a canso of Bernard de Ventadorn

Des nombreuses collaborations avec son ami, Pierre Bec, on retiendra trois enregistrements importants par la Camerata Mediterranea, pour lesquels Pierre Bec était le conseiller en linguistique: Lo gai saber (chants de troubadours); Le fou sur le pont (Bernatz de Ventadorn); et les Cantigas du roi Alfonse le Sage. Ces programmes ont largement tourné en Europe et aux Etats-Unis. Cohen et Bec ont également enseigné ensemble pendant neuf années au stage sur les chants de troubadours de Coaraze (Alpes Maritimes).

Parmi les publications de Joel Cohen, se trouvent: Peirol’s Vielle: instrumental participation in the troubador repertory (1990) et «  »Motz e Son, » un hommage à l’approche de Pierre Bec de la lyrique courtoise » (article paru dans les Cahiers Max Rouquette n° 9).

Ce contenu a été publié dans Colloques, séminaires..., Espace occitan / RedOc, Littérature et Arts, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.