18 avril – séminaire RedOc : « Autour de 1914-18 » – Paul-Valéry – A105- 17h15.

Yves Rauzier, L’occitan dins las trencadas / l’occitan dans les tranchées
rauzierL’occitan dans les tranchées. Ce recueil, à partir de différents documents, évoque la place de la langue occitane ou langue doc dans la vie quotidienne de la Première Guerre mondiale. Parce que le sujet nous paraissait plus original, voire occulté. Mais bien entendu, l’occitan dans les tranchées c’est avant tout le combattant venu des quatre coins d’Occitanie, de Bordèu a Niça, de Pau a Lemòtges, de Narbona a Clarmont d’Auvernha. Pas toujours bien accueilli, parfois diffamé – se rappeler l’affaire du 15e corps – il n’en a pas moins souffert et fut tout aussi méritant dans les moments difficiles. Ces quelques pages lui sont dédiées.

Guy Barral, éd. Louis Bonfils, L’occitan en guerre, Lettres à Pierre Azéma (août 1914-décembre 1916), PULM.
Quand le sergent Louis Bonfils part à la guerre le 14 août 1914, c’est un félibre qui apporte la contribution du Midi au combat de la grande France.
Les lettres qu’il envoie à son complice Pierre Azéma sont un échange entre deux écrivains. Ce sont aussi des lettres militantes. D’abord, et c’est un fait unique parmi toutes les correspondances de poilues connues à ce jour, parce qu’elles sont écrites en occitan. Ensuite parce qu’elles témoignent d’un combat acharné pour défendre la réputation des Méridionaux rudement attaquée par les civils et les militaires du Nord de la France. Cette lutte pour l’honneur du Midi conduira Louis Bonfils jusqu’au conseil de guerre tenu sur le front, où il sera acquitté, et même félicité. Quand le capitaine Louis Bonfils est tué à la guerre, le 11 juin 1918, il a certes remporté quelques belles victoires, militaires contre les Allemands, morales contre les Français du Nord, mais la guerre qui semble occuper de façon récurrente le Nord et le Sud est loin d’être terminée.
L’édition de cette correspondance exceptionnelle, entreprise dès 1918, a dû attendre un siècle pour voir le jour.

Francis Pouzol, testimòni d’un tèms, ouvrage collectif, CREDDO
Le Félibre F. Pouzol fut tué sur le front en septembre 1918. Militant pour l’enseignement du provençal, ses œuvres avaient été publiées en 1921. Aujourd’hui paraît une nouvelle édition largement complétée avec commentaires et analyses par différents auteurs.
CREDDO, 12 Av. A. Chabaud – 13690 Graveson

Ce contenu a été publié dans Actualités, Civilisations, Colloques, séminaires..., Espace occitan / RedOc. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.