31-01-17- Séminaire RedOc : « La Poésie des femmes en Occitanie au Moyen âge : des trobairitz à Flamenca »

ch.K.Azalaisà 16h00 salle 165 site Saint Charles . Chercheurs invités :  Bill Burgwinkle (King’s college Université de Cambridge) et Katy Bernard (Université Bordeaux-Montaigne)

- Introduction  Gilda Caiti-Russo (UPVM)

- intervention de Bill Burgwinkle

Il sera question d’étudier les compositions des trobairitiz (dont ‘Rofin, digatz m’ades...’ et ‘Non puesc mudar no digua mon vejaire‘) à la lumière de l’Ensenhamen alla donzela de Garin lo Brun afin de tracer un changement dans la voix poétique féminine par rapport au portrait que nous avait légué Garin du comportement féminin idéalisé. En nous référant à l’idée foucauldienne d’une formation discursive, nous tenterons de montrer qu’il y a un changement post-1200 qui reflète les pressions exercées sur ce discours de fin’amors et sa fin imminente.

- Intervention de Katy Bernard

Nous savons, en l’état actuel de la connaissance des textes médiévaux, que la seule attestation du terme trobairitz se trouve dans le Roman de Flamenca. Ce mot est prononcé par l’héroïne éponyme du roman pour désigner sa suivante Margarida qui a « bon mot trobat » (Flamenca, v. 4566) pour nourrir le dialogue amoureux entretenu avec Guillem de Nevers au cœur de l’église de Bourbon-l’Archambault. Margarida s’empresse de répondre à Flamenca qu’elle ainsi que son autre suivante, Alis, sont également des trobairitz. Il s’agira de déterminer quel sens Flamenca et Margarida donnent à ce terme puis de voir comment il entre en adéquation avec la façon dont les femmes-troubadours, dont les chansons, vidas et razos sont parvenues jusqu’à nous, sont désignées, se désignent et désignent leur art.

Ce contenu a été publié dans Colloques, séminaires..., Espace occitan / RedOc, Littérature et Arts. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.