COLLOQUE INTERNATIONAL

APPEL À COMMUNICATIONS

  LANGUES ET LITTÉRATURES ERRANTES

Horizons et frontières des espaces italophone, hispanophone et lusophone

Université Paul-Valéry – Montpellier III – Equipe d’accueil 4582 – LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds) -  20 et 21 novembre 2014

  Présentation générale du colloque

 Les phénomènes de la colonisation, décolonisation et, plus récemment, de la globalisation et de la migration intercontinentale, ont fortement influencé et transformé la carte géolinguistique du monde, favorisant en même temps la rencontre/collision entre cultures, identités et langues.

Dans les dernières décennies, la migration des hommes a comporté également le déplacement de langues, l’errance d’imaginaires, la dislocation de mentalités qui ne cessent de se transformer et de se refléter mutuellement. L’idée de ‘littératures nationales’, fondée sur l’emploi d’une seule langue, autour de laquelle il a été possible de bâtir une identité à racine unique, semble ne plus tenir face à la notion d’ « errance » qui a imposé d’autres modèles identitaires plurilingues et multiculturels.

Si l’expérience de la colonisation et de la décolonisation a produit des ‘espaces linguistiques institutionnalisés’, tels que la francophonie et l’anglophonie, la vocation à l’errance de l’homme – qui peut avoir les causes les plus diverses (politiques, religieuses, culturelles ou autre) – a mené les écrivains à choisir une langue d’expression littéraire autre que leur langue maternelle. C’est le cas de l’italophonie qui s’est récemment développée à la suite de la migration croissante vers les pays du nord-ouest du monde, donnant lieu à une poétique centrifuge capable de mettre en place une poétique du divers se fondant sur l’interculturalité, la rencontre-collision avec l’Autre, l’interaction entre les langues. À l’inverse, dans un espace linguistique ‘institutionnalisé’, tel l’espace lusophone ou hispanophone, il sera également intéressant de s’interroger sur les phénomènes d’influence réciproque entre locuteurs et écrivains des ex-métropoles et leurs homologues des territoires anciennement colonisés. Les transferts humains postérieurs à la décolonisation à l’intérieur de ces espaces linguistiques ont aussi considérablement modifié et enrichi tant l’expression que l’imaginaire poétique des populations concernées par la ‘même’ langue sur des territoires très éclatés géographiquement et sur le plan socio-économique.

 Les différentes interventions de ce colloque international nous permettront de nous interroger sur les axes suivants :

Crise des systèmes littéraires nationaux et monolingues ;

Naissance possible d’une littérature des mondes face à la globalisation en cours 

Rapports entre langue d’origine et langue d’adoption ou d’élection ;

Rapport entre création littéraire et poétique et processus de réception et de réappropriation du réel, frontière impossible de la représentation littéraire (nouvelles formes d’expressions littéraires, d’esthétiques pour imaginer le monde contemporain) ;

Poésie, littérature et modalités de représentation dans un contexte plurilingue et interculturel ;

Traduire, se traduire, se repenser dans l’acte de création littéraire (langue et mémoire, poétique et esthétique, identité et cultures).

  Langues du colloque :

 Espagnol, français, italien et portugais.

  Envoi des propositions de communication :

 Veuillez envoyer vos propositions de communication sous forme d’un résumé de 15 lignes, avec titre et indication de mots-clés.

 Envoyez vos propositions :

 pour l’espace hispanophone à

           nathalie.alem-sagnes@univ-montp3.fr et celine.pegorari@univ-montp3.fr

 pour l’espace italophone à

           flaviano.pisanelli@univ-montp3.fr

 pour l’espace lusophone à

           marie-noelle.ciccia@univ-montp3.fr

Structure du colloque :

 La journée du 20 novembre sera réservée aux communications des intervenants. La journée du 21 novembre sera consacrée à trois poètes invités, à une table ronde et à une lecture poétique.

 Comité scientifique :

 Marie-Noëlle CICCIA (Université Paul-Valéry – Montpellier III), Olinda KLEIMAN (Université Charles-de-Gaulle – Lille III), Céline PEGORARI (Université Paul-Valéry – Montpellier III), Flaviano PISANELLI (Université Paul-Valéry – Montpellier III), Nathalie SAGNES-ALEM (Université Paul-Valéry – Montpellier III), Laura TOPPAN (Université de Lorraine – Nancy 2).

 Coordination et informations :

 Flaviano PISANELLI

flaviano.pisanelli@univ-montp3.fr

Ce contenu a été publié dans Appels à communication, Chantiers, Espace hispanique, Espace italien / LASI, Espace latino-américain, Espace lusophone. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.