Jean-Luc Arvieu

jean-luc-arvieu
Année d’inscription en thèse : 2015

Directrice de thèse : Marie-Jeanne Verny
Co-directeur: Philippe Martel

Titre et résumé de la thèse

Louis Rouquier (1863-1939), Félibre et homme politique

Cette thèse a pour thème l’oeuvre littéraire de Louis Rouquier, auteur biterrois d’expression occitane mais aussi son engagement politique. Il a mené un combat pour le dialecte languedocien parallèlement à un combat social.

En premier lieu, Louis Rouquier fut un auteur de théâtre, de carnavalades, genre théâtral humoristique né à Béziers. Il choisit de faire le portrait de son pays à travers la politique et la vie sociale. Dans le même temps, il s’éveilla au combat social et fonda le Syndicat des travailleurs de la terre de Puisserguier. Cet engagement préfigurait une carrière politique qui le mena à devenir, en 1919, maire de Levallois-Perret, mais également conseiller général de la Seine et député. Ses obligations politiques lui laissaient peu de temps, cependant il l’employa à reprendre l’écriture. A compter de 1922, il publia, toujours en lengadoussian, des contes et des comédies, sans changer de sujet. Le petit peuple, les gens de la terre furent pour lui une source d’inspiration. Il avait le goût des coutumes populaires. Il aimait les bonnes histoires que l’on racontait dans les veillées. C’était aussi un auteur contestataire qui dénonçait le pouvoir absurde, la fraude du vin, la soumission à l’argent et la misère des petites travailleurs. Louis Rouquier utilisait l’humour pour diffuser son parler, pour lui l’occitan ne pouvait pas être la langue de la tragédie. L’auteur occitan et l’homme politique ne faisaient qu’une seule et même personne, le néo-parisien n’avait pas tué le méridional.