Maddalena Marchetti

Maddalena Marchetti
Doctorante. Domaine italien

Sous la direction de Mme Angela Biancofiore

Titre et résumé de la thèse

Paysages humains dans la littérature italienne contemporaine (XX-XXI siècles).
Nouvelles géographies existentielles

Dans le panorama littéraire des dernières décennies émergent essentiellement certaines thématiques: le travail, les migrations, le malaise existentiel. Ce dernier s’accompagne du sens de la précarité, vraie problématique de notre époque, qui, même s’il naît de situations socio-économiques, s’étend jusqu’à se faire une place dans les replis les plus profonds de nos vies. Avec le terme «migrations» au pluriel, nous entendons nous référer aussi bien à l’arrivée dans notre péninsule de personnes en quête d’un futur meilleur qu’aux départs de jeunes italiens déçus de ce que le Pays leur offre. Il semble donc se dégager dans la littérature une instance forte : raconter notre présent.

Afin de contribuer à l’analyse de nouvelles questions qui émergent dans le panorama littéraire contemporain (2000-2015), nous allons s’articuler notre réflexion autour de trois axes majeurs: la dimension du sujet, la dimension sociale et la dimension environnementale. Ces trois domaines, profondément interdépendants, doivent être considérés ensemble, si nous désirons lire et comprendre la physionomie complexe de notre époque (cf. à ce sujet la réflexion philosophique de F. Guattari ). En substance, nous tenterons de mener une lecture écocritique des œuvres littéraires afin de mettre en évidence si et de quelles façons la littérature peut aider l’homme à avoir une meilleure connaissance de soi et de l’autre que soi, dans le but d’instaurer un rapport nouveau dans le monde et avec le monde (cf. l’épistémologue G. Bateson).

À notre époque nous assistons à une perte du soi de la part du sujet, c’est pour cette raison que dans notre étude nous avons l’intention de réfléchir sur l’exigence et sur l’urgence qu’il y a à raconter ce malaise, exigence et urgence dont sont témoins différents romans italiens contemporains à des latitudes différentes, en effet, il s’agit d’histoires se déroulant parfois dans le Nord, dans la banlieue de Milan, capitale économique vive et dynamique du Pays, parfois dans le Sud, et c’est la plupart des cas. Nous porterons une attention particulière à la description du paysage car les écrivains privilégient l’espace où évoluent les personnages et à travers l’option descriptive, ils semblent offrir une clé de lecture particulièrement efficace de la réalité qui a changé profondément au cour de ces dernières décennies.

Nous pouvons dire que cette réalité est en friche et qu’elle a subi des bouleversements en tous genres, car notre époque est effectivement celle des grandes migrations, des apatrides en quête de paix, du développement industriel et technologique ainsi que des catastrophes écologiques. Face à ces mouvements et à l’impact qu’ils ont déterminé et déterminent encore sur l’environnement, une nouvelle sensibilité a pris de l’ampleur et a donné lieu à un croisement fécond de la littérature et de la géographie, des histoires et du territoire, de la nature et de la culture. C’est ce croisement que nous voulons interroger, en nous s’appuyant sur des voix importantes qui s’étaient élevées déjà dans les années 1960 pour défendre notre patrimoine historique et culturel, en particulier Pasolini, Calvino et Bassani Nous souhaitons relier notre réflexion à ces grands protagonistes de notre littérature, car nous ils ont contribué à créer la toile de fond culturelle dont se nourrit cette nouvelle génération d’écrivains : ces derniers renouvellent – par des thèmes, des sensibilités et des formes littéraires, le regard attentif sur le monde de leurs prédécesseurs, entendant par le terme monde cette imbrication complexe entre homme, nature et culture.