Pour un dictionnaire biographique des acteurs de la renaissance d’oc (XIXe-XXIe) – Appel à contributions

 Ce projet – que vous trouverez détaillé à la suite – est né du contact entre les chercheurs de ReDoc, composante de l’équipe LLACS de l’université Montpellier 3, et le CIRDOC. La collecte des données se fera en deux temps :
1-      une série de fiches synthétiques réduites à des indications sommaires (nom, dates, localisation géographique, indications bibliographiques
2-      des notices détaillées au format adapté à l’importance relative de chaque personnalité.
Bien entendu, la validité scientifique du projet suppose que les sources d’informations soient clairement identifiées.
Un projet d’une telle ambition nécessite bien sûr des collaborateurs nombreux, susceptibles de couvrir tout l’espace occitan. C’est à cette fin que nous nous adressons à vous.  Nous vous sollicitons pour nous fournir dans un premier temps des fiches synthétiques correspondant à des personnalités que vous jugez dignes de figurer dans ce dictionnaire. Pour ce faire, nous vous demandons d’adopter le format de la fiche Mistral ci-jointe. En ce qui concerne les fiches détaillées, vous pourrez vous référer aux exemples rédigés par Yan Lespoux sur de Bastard, Berthaud, Girard et Lesaffre.

Vous pourrez aussi consulter sur le site du CIRDOC les premières fiches qui ont été mises en ligne à l’adresse : http://vidas.occitanica.eu/.

Le format des fiches doit suivre impérativement le plan suivant :

  • Nom et dates
  • Surnom(s)
  • Résumé de la fiche en 2 à 3 lignes
  • Éléments biographiques
  • Engagements dans la renaissance d’oc
  • Bibliographie primaire (si le personnage est un auteur) et, dans tous les cas, secondaire (qu’y a-t-il de publié à son propos ?)
  • Sources

 

La genèse du projet : Vidas e rasons – dictionnaire biographique des acteurs de la Renaissance d’oc – XIXe – XXIe siècles

Qui sont ces hommes et ces femmes, écrivains, militants du Félibrige ou des diverses tendances de l’occitanisme contemporain que le chercheur rencontre régulièrement quand il dépouille des revues ou tombe dans une bibliothèque ou chez un bouquiniste sur l’ouvrage d’un auteur dont il ne sait rien à priori ?
Pour répondre à la question, il dispose, certes, à l’heure actuelle, d’un certain nombre d’outils : le Dictionnaire des auteurs de langue d’oc de Jean Fourié, dans ses deux éditions successives, fournit un certain nombre de renseignements d’ordre bibliographique. Et pour un certain nombre d’auteurs importants, les bibliographies produites par François Pic sont un instrument indispensable, comme son répertoire des pseudonymes. D’autres outils sont en préparation, sous l’égide du CIRDOC, et devraient permettre, à terme, de disposer enfin d’une bibliographie aussi complète que possible de l’ensemble de la production imprimée occitane des deux derniers siècles. Mais dans tous les cas, il s’agit de bibliographies.
Il avait été question à un moment, avec l’éditeur des Presses du Languedoc, de réaliser un dictionnaire des auteurs occitans, et une équipe avait commencé à se mettre en place, avant que la défaillance de l’éditeur ne mette fin au projet. Le dictionnaire de Jean Fourié indique la date et le lieu de la naissance et de la mort des auteurs qu’il cite, mais par force il ne donne pas de renseignements plus précis sur leur vie. Par ailleurs, une bibliographie ne concerne par nature que des auteurs ayant publié livres ou brochures. Or une bonne partie de ceux qui ont participé à la renaissance d’oc depuis le XIXe siècle n’ont publié que dans des périodiques, revues, almanachs, voire journaux locaux. Enfin, si dès le départ c’est la littérature qui est au poste de commande, la renaissance d’oc ne s’y réduit pas. Animateurs de groupes locaux, militants intéressés davantage par l’action politique que par les belles lettres, compagnons de route ayant joué un rôle dans la vie du mouvement  y compris en écrivant, mais sans utiliser l’occitan : autant de silhouettes que l’on croise au long de l’histoire de la renaissance d’oc sans pouvoir toujours les identifier avec précision.
C’est en touchant du doigt ces problèmes au cours de leurs propres recherches que des historiens – Yan Lespoux et Philippe Martel – ont eu l’idée du présent projet.
Le modèle existe : c’est le monumental Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier lancé il y a plusieurs décennies par Jean Maîtron, et qui n’est pas encore terminé.
Et les lieux susceptibles de permettre la réalisation d’un dictionnaire biographique de la renaissance d’oc existent : il s’agit d’une part de l’équipe ReDoc, composante de l’équipe LLACS de l’université Montpellier 3, et d’autre part du CIRDOC, centre de documentation occitane qui constitue une source de données et de documents incomparables. Consulté, son conservateur, Benjamin Assié, a accepté de s’associer au projet
De quoi s’agit-il ? Il s’agit de rassembler le maximum de données sur les acteurs de la renaissance d’oc : qui ils sont ? d’où ils viennent ? ce qu’ils ont été au cours de leur vie (leurs origines sociales, leur formation, leurs appartenances idéologiques, leur itinéraire professionnel) ; quel cheminement les a amenés à s’investir dans la cause de la langue d’oc ? Quelle forme concrète a prise cet investissement ? Quels itinéraires ont-ils suivi à l’intérieur de la mouvance félibréenne ou occitaniste et quelle place y ont-ils occupée ? Dans quel réseau particulier se sont-ils insérés, quels ont été leurs amis, et, éventuellement leurs adversaires ? Quelle image a pu être donnée d’eux ?
On devine que la collecte de telles informations n’est pas simple. Les nécrologies des plus importants des auteurs ou des militants fournissent un certain nombre de renseignements, pas forcément suffisants. Rares sont ceux qui ont fait l’objet de travaux de nature biographique ; moins rares peut-être ceux qui ont laissé des témoignages autobiographiques –mais jusqu’à quel point peut-on s’y fier ? Certains ont laissé des archives (plus ou moins) commodément consultables, qui permettent d’en savoir plus sur eux-mêmes et sur leurs correspondants ou partenaires.
Bref, les sources existent. Comme existent les chercheurs susceptibles de les exploiter, notamment les destinataires du présent appel : tous ont produit sur tel ou tel aspect, telle ou telle région particulière, telle ou telle période de l’histoire qu’il s’agit de raconter. Chacun(e) d’eux a amassé au cours de ses recherches une documentation qui lui permet de cerner la personnalité des individus qu’il/elle a croisés. Le spécialiste de littérature connaît les auteurs dont il traite. L’historien a identifié les militants importants et le réseau dans lequel ils s’insèrent. Il s’agit à présent de réunir toutes ces compétences, et tous ces savoirs.
C’est bien sûr une entreprise de longue haleine, et il serait vain d’espérer déboucher dans un délai raisonnable sur un ouvrage papier prétendant à l’exhaustivité.
Ce dictionnaire biographique prendra donc plutôt la forme d’une banque de données qui sera complétée progressivement, au rythme de la production des fiches individuelles.
En fonction de l’importance du personnage traité, la fiche pourra être plus ou moins fournie, de quelques centaines à quelques milliers de signes, selon les cas.
La première phase du travail permettra également de préfigurer les dimensions ultérieures du dictionnaire, en établissant une liste des acteurs dont l’importance justifie la rédaction d’une fiche : il y a les incontournables, aisément identifiables, certes : mais jusqu’à quel degré de précision doit-on descendre ? Rien qu’en additionnant les félibres recensés par les cartabèus et ceux figurant dans les listes d’adhérents des escolo principales, on a déjà affaire à des milliers de noms !
Pour la suite des opérations, il nous semble possible de demander à chacun de fournir un certain nombre de fiches, à déterminer avec chacun, tous les six mois. On peut aussi envisager des rencontres régulières, la première pouvant se tenir début 2013.
Nous nous tenons à la disposition de tous et toutes pour tout renseignement complémentaire, en espérant que nous serons nombreux à participer à cette entreprise.

Les propositions de collaboration seront adressées : à  Yan LESPOUX (yanlespoux@orange.fr), Philippe MARTEL (Philippe.Martel@univ-montp3.fr) Marie-Jeanne VERNY (mjvb@orange.fr), membres de l’équipe RedOc-LLACS

Les responsables du projet pour le CIRDOC sont Benjamin Assié (b.assie@cirdoc.fr) et Sandra Juan (s.juan@cirdoc.fr)

Ce contenu a été publié dans Appels à contribution, Civilisations, Espace occitan / RedOc. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.