Rencontres occitanes- Mardi 9 juin 2015 – Librairie Sauramps – Montpellier – Les mots, pierres vives de l’occitan

dico ubaudJosiane Ubaud : Diccionari scientific francés-occitan (lengadocian e provençau) Matematica – Informatica – Fisica/Tecnologia – Quimia/Mineralogia (432 pages, 42 €)

verdierThierry Verdier : Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture (Les Éditions de Paris Max Chaleil, 96 pages, 13 €)

 Voici deux ouvrages qui portent leur pierre à la lexicographie occitane technique et scientifique, chacun de manière très différente, encyclopédique dans l’un, spécialisée dans l’autre. Tant il est vrai qu’une langue est faite de pierres vives, les mots, dont chaque usager est l’architecte et le maçon pour construire sa propre vie, celle de son groupe social ou ces cathédrales invisibles que sont nos rêves et nos savoirs.

 

Josiane Ubaud : Diccionari scientific francés-occitan (lengadocian e provençau) Matematica – Informatica – Fisica/Tecnologia – Quimia/Mineralogia (432 pages, 42 €)

Voici un ouvrage bidialectal qui manquait pour l’enseignement des sciences et de la culture scientifique en occitan ! Après son indispensable Diccionari ortografic, gramatical e morfologic de l’occitan, Josiane Ubaud nous offre le vocabulaire nécessaire à l’enseignement de la maternelle à la terminale en mathématique, informatique, physique//technologie, chimie/minéralogie. Il s’adresse aussi au simple usager curieux de sciences et de culture avec 12.500 entrées/exemples réunissant le lexique basique ou  spécialisé, présentées en quatre parties. S’il est rédigé en languedocien/provençal, le vocabulaire scientifique normé est valable pour tous les dialectes.

Le fil conducteur est d’apporter en plus un éclairage culturel, économique et historique, avec 800 notesévoquant l’importance de certaines molécules dans la vie pratique (huiles essentielles des plantes de garrigue, industrie des parfums, colorants pour tissus, oxydes métalliques pour la céramique), les spécificités minières (nombreuses mines d’or, argent, plomb, bauxite, talc, uranium) ou technologiques (montgolfière, ponts suspendus, moteurs, batterie au plomb), les découvertes majeures dues à des Occitans (calcul de la latitude, découverte du brome et du bore, calcul différentiel, probabilités…), les publications des savants occitans. Sont ainsi mentionnés 380 savants, ingénieurs, techniciens de toute l’Occitanie qui contribuèrent à l’avancement des sciences et techniques (Pythéas, Sylvestre II, Rolle, Fermat, Fabri de Peiresc, Gassendi, Gay-Lussac, Chaptal, Dumas, Darboux, Ader, Balard, Pitot, Planté, Borel…) et donnèrent parfois leur nom à un théorème, un principe, une unité, un appareil ou un cratère de lune.

1340 citations tirées d’ouvrages anciens écrits en occitan (Pellos, Fulconis, Boysset, Deudes de Prades), de 46 auteurs contemporains (toutes graphies), de la Wikipédia occitane et de la presse, complètent l’aspect linguistique et culturel. Enfin, 260 photos couleurs et documents de l’auteure (statues ou gravures de savants, sites industriels, objets du quotidien, gravures anciennes, objets de collection) viennent illustrer l’ouvrage et servent de support pédagogique.

Un monument encyclopédique indispensable dans toute bibliothèque, et qui fera date !

 

Thierry Verdier : Dictionnaire occitan-français des termes d’architecture (Les Éditions de Paris Max Chaleil, 96 pages, 13 €)

Les murs de notre région ne sont pas faits seulement de pierres, mais des mots de tout un peuple, par lesquels les maçons se transmettaient leur savoir-faire. « L’amour d’un métier, la tradition des mises en œuvre, comme les habitudes constructives » se perpétuait dans une langue, l’occitan de l’échoppe, du chantier, de la vie quotidienne. L’architecte et historien de l’art Thierry Verdier, spécialiste de l’architecture française de la Renaissance aux Lumières, dresse un inventaire passionnant des mots dont sont faits nos murs et qu’on peut rencontre tant dans les archives et les textes anciens que dans l’occitan actuel.

 

Rencontres occitanes de Sauramps organisées en partenariat avec ReDOc/LLACS de l’Université Paul Valéry (groupe de recherche en domaine occitan).

Ce contenu a été publié dans Civilisations, Espace occitan / RedOc, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.