Numérique

moulage

Penser et construire le numérique comme accélérateur de transformation

  • Favoriser le développement des usages
  • Soutenir l’implication des acteurs et poursuivre la dynamique de rénovation impulsée
  • Maîtriser et valoriser le patrimoine numérique

Forte de ses acquis dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE), dotée d’une gouvernance du Système d’Information (SI) efficace et consciente des enjeux actuels, l’Université utilisera le numérique comme un levier de changement progressif et durable.

Ainsi, elle développera des dispositifs innovants d’accompagnement à l’enseignement présentiel (hybridation, présentiel enrichi) et soutiendra l’évolution de l’offre en enseignement à distance. Il s’agira aussi d’aider à l’émergence et à la réalisation de projets numériques pédagogiques, scientifiques et culturels, via des outils adaptés et des partages de pratiques. Déjà existante, une coopération plus importante sera recherchée avec d’autres établissements, aux niveaux national et international, et avec les partenaires du site. Dans la même dynamique, la transversalité sera favorisée entre les activités de formation et de recherche, au sein des composantes et des services, via des outils facilitants ou « collaboratifs ».

Conjointement au développement des dispositifs et des ressources précédemment évoqués, l’Université intensifiera l’impulsion de rénovation déjà entreprise ces trois dernières années. Soutenir l’implication des enseignants chercheurs en sera un élément essentiel : former, accompagner, favoriser les échanges, contribuer à la création de nouveaux réseaux, seront les déclinaisons à conduire tant au niveau organisationnel que technique. Les étudiants seront eux aussi au cœur du dispositif, à la fois dans un rôle proactif et réactif. Par ailleurs, l’Université devra répondre à la montée des attentes individuelles dans un contexte de massification des publics. Aussi, pour l’ensemble des usagers, les environnements de travail aujourd’hui disponibles -pédagogique, documentaire, administratif, etc.- bien qu’intégrés, devront mieux prendre en compte le besoin de personnalisation, d’adaptabilité et de simplification.

Dans ce contexte, l’Université œuvrera à améliorer la maîtrise et la préservation de son patrimoine numérique en réponse aux enjeux qui sont les siens. Pour cela, elle devra en avoir une meilleure connaissance partagée, puis définir et organiser sa mise en valeur.

L’ensemble de ces objectifs trouvera une articulation optimale et une mise en perspective, basé sur un Système d’Information solide et agile : le schéma directeur numérique. L’Université travaillera à son élaboration et à sa mise en œuvre ; il sera le socle et la référence de sa politique numérique.