Archive pour la catégorie ‘L1 Bez comptes-rendus G1’

Compte-rendu du la séance du 25 Novembre 2019 – Groupe 1 -Béziers (4h)

mardi 26 novembre 2019

Pour commencer cette séance Mme Marty nous a faits part de quelques informations. La prochaine séance sera les oraux de PPP puis il nous restera un dernier cours, nous devons aussi aller sur l’ENT pour remplir le formulaire CRPE. C’est tout pour le début du cours.

Après ça nous avons commencer le cours sur le communiquer de presse. Avant cette séance nous devions télécharger et lire la fiche REC sur les communiquer de presse pour prendre de l’avance. L’objectif de la séance était de rédiger un communiquer de presse pour la second édition de l’événement « talents de réfugiés » organisé par la Halle Tropisme à Montpellier. Nous étions par groupe de 4 ou 5 personnes et durant toute la séance nous avons travailler dessus et nous l’avons publier sur moodle.

L’objectif de cette séance n’était pas que d’apprendre a rédiger un communiquer de presse. Effectivement les 450 élèves de L1 information-communication de Béziers et de Montpellier ont rédiger ce même communiqué de presse, et un seul sera choisis par la responsable en communication de la Halle Tropisme. Les élèves du groupe ayant rédigé le meilleur communiqué de presse gagneront chacun 2 à 3 point sur leurs notes finale.

Pour conclure cette séance, M.Marty nous a donné plusieurs informations sur le déroulement de la séance prochaine qui sera celle des oraux de PPP le 2 Décembre.

Célia Duchesne

Compte-rendu MDT5 du lundi 21/10/19

mardi 22 octobre 2019

Au début de la séance, la professeure à formé quatre groupes de travail différent, visant ainsi à briser les affinités. Chaque groupe devenant une agence de com’ junior, nous devions trouver un nom d’agence et travailler ensemble sur la critique d’une lettre et d’un courriel professionnel étant volontairement médiocres.

Nous avions alors une heure pour répondre aux questions posées dans notre rapport d’agence. Suite à cela, nous aurions trente minutes pour préparer un oral de huit minutes comportant sur notre critique.

De plus, nous avons pu remarquer que certains groupes étaient plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral et inversement. Certaines équipes étaient un peu « borderline » tandis que d’autres ont su parfaitement gérer leur timing.

Mme. Marty a su nous mettre en conditions professionnelles en nous donnant des conseils/critiques pour améliorer nos performances et corriger nos lacunes.

Nous avons donc pu constater que pour bien rédiger une lettre commerciale il faut :

  • Respecter les codes, normes et formes officielles de la lettre.
  • Mettre en évidence les mentions légales/conditions d’achats, pour ne pas être dans la manipulation par la forme.
  • Signer et cacheter la lettre pour plus de professionnalisme.
  • Formule de politesse/Formule d’appel et Registre de langage.

Pour un courriel professionnel :

  • Utiliser une adresse professionnelle/ boite mail valide.
  • Envoyer son courriel en semaine et à des heures d’envoi convenables.
  • Ajouter un objet pertinent.
  • Ne pas abuser de la mention « Priorité ».
  • Respecter les formules d’appel/ de politesse.
  • Respecter la mise en forme.

(Voir fiche REC pour plus d’informations)

Informations complémentaires :

Remise de l’écrit professionnel le 18 novembre :

Version papier, lettre au recto et courriel au verso.

MALUS :

Respect du format recto-verso, si non = -3 pts

Retards = -3 pts

Fautes = -0,5/ fautes ( au-delà de cinq fautes notes divisée par 2)

BONUS :

Enveloppe à fenêtre = +0,5 à +1

GABARD Kellyan et LAVAL Chloé

Compte-rendu du 21/10/19 G1 Béziers

lundi 21 octobre 2019


Aujourd’hui les objectifs de cette séance MDT 5 étaient : de nous familiariser aux écrits professionnels, apprendre à faire une lettre et un courriel, s’entraîner à l’oral,réaliser un travail coopératif.

Tout d’abord, Mme Marty nous a séparé en agence de communication pour que l’on analyse une lettre et un courriel professionnel. Quatre agences composées de 7 ou 8 personnes ont été formées par Mme Marty pour pas que l’on ne choisisse pas avec qui se mettre et ainsi s’adapter à travailler avec des gens que l’on ne connaît pas forcément.

Mme Marty nous a donc donné à chacun un cahier des charges ou se trouvait la lettre professionnelle et le courriel afin de l’analyser et de relever les points qui n’allaient pas. Il fallait s’aider des fiches « REC-Lettre professionnelle » et « REC-Courriel professionnel » disponible sur le blog.

Après avoir mis en commun le groupe a dû répondre aux questions du rapport d’agence et le rendre au bout d’une heure à Mme Marty. Les questions portaient sur la forme, le fond, les objectifs des écrits professionnels.

Suite à cela pendant 30 minutes on a préparer un oral pour présenter ce que nous avons trouvé. Mme Marty nous a dit que l’équipe des “comiques” était celle qui avait le meilleur rendu écrit et les meilleurs arguments. L’oral devait durer 8 minutes. Il fallait faire attention à faire une introduction dynamique, assurer la fluidité de la présentation, préparer un contenu adapté, dynamiser la présentation et éviter les changements de dernière minute. Certaines équipes ont été coupés et n’ont pas pu finir leur oral. En effet elles n’ont pas assez bien géré leur temps, les 8 minutes ont été dépassées.

A la fin de chaque oral on faisait un récapitulatif sur les points positifs et et négatifs de chaque groupes. Cela nous permet donc à tous de prendre ces informations que l’on pourra mais surtout devra appliquer pour l’oral final.

Pour finir nous avons reçu les informations pour pouvoir faire notre devoir sur les écrits professionnel.

Il y a quelques règles :

  • On a carte blanche; on peut ajouter et supprimer ce que l’on veut tant que l’on respecte la situation de base.
  • Il faut que cela fasse un recto verso.

Il faut regarder la grille d’évaluation pour s’aider.

Il faut le rendre dans les temps. Si on le rend en retard c’est -3 points et s’il y a une semaine de retard c’est 0. Il faut aussi qu’il n’y est aucune faute sinon au delà de 5 fautes la note finale est divisée en deux.

Pour conclure, cette séance nous a préparée pour le devoir individuel à rendre le 18 novembre dans lequel nous devons reprendre les cas vue aujourd’hui et les améliorer mais elle nous a aussi appris à travailler en groupe et surtout à s’entraîner pour l’oral.

Ce compte-rendu a été réalisé par Sarah DELON et Capucine CANDILLE.

compte rendu G1 Béziers

mercredi 16 octobre 2019

Mme Marty nous a d’abord rendu nos écrits de positionnement de la première séance sur lequel elle avait mis quelques remarques pour chacun, elle a réuni en petit comité les personnes ayant des erreurs récurrentes sur quelques points (syntaxes grammaire, orthographes…) pour leur expliquer qu’en rentrant dans le projet UP ces erreurs pourront être repérées et corrigées.

Nous avons ensuite réalisé des entraînements pour l’entretien avec le professionnel pour permettre de mener, d’observer, analyser un entretien.
Pour cela nous avons formé des groupes de huit personnes dans lesquels nous devions choisir une personne à interviewer et un intervieweur pour lui poser des questions sur un thème choisi. Tandis que chaque groupe commençait à se préparer, commençait à chercher des questions sur le thème qu’il avait choisi, Mme Marty nous a alors annoncé que nous devions en fait chercher des questions sur le thème d’un autre groupe pour interviewer la personne de ce groupe. Cela avait pour but de nous mettre en situation de difficulté afin que l’interview se fasse sur un sujet que l’interviewer ne maîtrisait pas forcément.

Elle nous a laissé 20 minutes pour préparer les questions autour du thème imposé. À la fin de ce délai, les binômes interviewé/intervieweur se sont installés chacun leur tour à une table placée au milieu de la classe.

A la fin de chaque entrevue nous devions faire des observations sur le déroulé de l’entretien à propos du non-verbal, des attitudes, des types de questions posées et des réactions de l’interviewé, et les participant devaient répondre à quelques questions de Mme Marty.

Nous avons pu observé que le peu de temps laissé à la préparation de l’interview a eu pour effet d’amplifier les difficultés de l’intervieweur, nous permettant de les repérer plus facilement.

Nous avons repéré que les questions fermées ou suggestive, ainsi qu’une attitude de jugement entraînent le plus souvent des réponses brèves ; tandis qu’une attitude d’interprétation et de compréhension associé à des questions ouvertes et des relances amenaient des réponses plus développées.
Mme Marty nous a également conseillé de commencer l’interview avec une question la plus large possible plutôt qu’une question ciblé ou une question de présentation afin d’avoir de la matière pour rebondir dès le début.
Enfin elle nous a rappelé qu’il ne fallait surtout pas oublier de retranscrire l’introduction et le contrat déontologique ainsi que la synthèse de validation (oublis pouvant valoir jusqu’à -5 points).

Pour conclure cette séance nous as permis d’entraîner les connaissance des séances précédentes et de les mettre en pratique pour nous préparer à notre entretien avec un professionnel.

Ce compte-rendu a été réalisé par Caroline DUBOIS & Thomas LEGAY.

Compte rendu du 14 octobre 2019

mercredi 16 octobre 2019

Nous sommes les élèves du groupe 1 en infocom à Béziers : Cheubilleau Glyn, Barrau Yoann et Creed Nahia et nous allons vous faire le compte rendu de la séance du 14 octobre 2019. 

Tout d’abord, Mme Marty nous a informé de ce que nous allons devoir faire lors des prochaines séances : Pour le 18 novembre, il va falloir ramener son ordinateur pour travailler l’écrit : « mail, apprendre à rédiger… ».  Pour le 25 novembre il faudra publier les entretiens. Et pour le 2 décembre, il va falloir faire l’oral du diaporama. Mme Marty nous a ensuite rendu les documents sur lesquels nous avons travaillés lors de la première séance de MDT.

Les objectifs de cette séance 4 de MDT étaient : s’entraîner à faire des entretiens, transférer les acquis en prenant en compte le non verbal, les attitudes, les types de questions et les réactions (de l’interviewé et de l’interviewer).

4 groupes de 8 personnes ont étés crées, dans lesquels on a désigné un interviewé et un intervieweur, nous avons aussi du trouver un thème/sujet sur lequel l’interviewé se sentait à l’aise.  

Dans chaque groupe l’intervieweur devait interrogé l’interviewé d’un autre groupe. Cet entretien devait durer environ 8 minutes.

Chaque équipe a rédigé des questions sur le sujet choisi par l’interviewé, ce qui nous a forcé à nous intéresser à un sujet différent de celui que l’interviewé de notre groupe avait choisi au préalable. Ici les thèmes abordés étaient : la musique, l’écologie, le football et la danse.

Lors des entretiens nous devions observer les deux protagonistes en analysant les attitudes, le langage non verbal et paraverbal de ceux ci.

Chez l’interviewé, on a du remarquer ses réponses et ses réactions face aux questions. Tandis que pour l’intervieweur, nous avons du observer s’il posait des questions fermées ou ouvertes et si les questions étaient pertinentes et cohérentes. 

Pour finir, nous avons remarqué que l’attitude d’enquête était souvent présente lors des interviews, et que lorsque le sujet ne nous intéressais pas cela se ressentait lors des entretiens.  

Nous avons aussi noté qu’il fallait faire attention aux attitudes d’interprétation, ainsi qu’à l’annotation de nos questions qui, lorsqu’on les lit peuvent paraître très scolaires et peu naturels « Aimes-tu le foot? ». Il faut aussi faire attention à ne pas oublier l’introduction de l’entretien ainsi que sa synthèse.  

Compte rendu du 07 octobre

mercredi 9 octobre 2019

Au début de cette séance , Benjamin et Nahia ont choisis d’être délégués.
Ensuite madame Marty nous a présenté en détails le projet UP. Ce projet se présente sous forme d’agence de communication, former par des étudiants volontaires et motivés du L1 info-com et encadré par une professionnelle de l’extérieur. Les objectifs du Projet UP sont de recueillir des expériences professionnelles au sein de la communication et également une opportunité de faire la connaissance et partager des moments avec les L3. Le projet débutera le vendredi 25 octobre, avec un créneau de 12 h 30 à 14 h 30 dans la salle 209. Les étudiants volontaires devront s’inscrire en contactant madame Marty par mail. ( Nom+prénom +Site Béziers).
Nous avons ensuite formé des groupes pour les entretiens. Chaque groupe est composé de 3 ou 4 personnes et de différents secteurs : le journalisme, la Publication, l’événementiel et Marketing.
Ensuite l’enseignante nous a exposé un diaporama sur lequel il y avait des pistes et des consignes pour faire l’entretien avec le professionnel. Elle nous a également donné des conseils pour le réaliser.
Par la suite nous avons écouté des exemples d’entretien avec un professionnel. Le premier était un entretien audio à la radio. Nous avons constaté que l’interview était trop rapide , en effet par faute de temps les questions avaient été donné à l’avance et il n’y avait donc pas eu d’échange entre le journaliste et le professionnel.
Le deuxième entretien était une vidéo d’une interview entre l’humoriste Raphaël Mazrahi et l’acteur français jean-Pierre Castaldi. Cette vidéo était un canular et nous avons pu constater toutes les erreurs à ne pas faire : tenue vestimentaire , pas de préparation pour le journaliste , provocation…
Enfin le troisième entretien était une vidéo dans une émission télévisée entre un animateur télé Mark Olivier et journaliste Philippe Boulevard, nous avons remarqué que l’animateur était agressif et posait des questions très personnelles.
Après cela , nous avons constitué quatre groupes de huit personnes pour analyser une retranscription de deux entretiens qui ont été fait par des étudiants de l’année précédente. Nous avions 10 minutes pour voir les points négatifs de cette retranscription et donc de proposer des solutions pour l’améliorer. Chaque groupe avait ensuite 5 minutes pour passer à l’oral et de proposer son analyse.
Madame Marty en a profité alors pour nous donner des conseils pour l’oral et également sur notre retranscription.
Ensuite nous avons clôturé cette séance en finissant d’étudier le diaporama nous expliquant l’entretien et l’oral avec son diaporama. Diaporama qu’on pourra retrouver en entier sur le blog.

Barbier Anne-Tiphaine, Lamia Bouyaakikan, Abéni Artsen

compte-rendu du 07/10/2019

mardi 8 octobre 2019

Aujourd’hui, nous avons commencé à choisir les délégués qui sont Benjamin et Nahia. Par la suite, Madame S. Marty nous a parlé du projet up des L3 qui consiste à la création d’un teaser et d’un serious game et permettra aux L1 infocom d’y participer sur la base du volontariat en créant des contenus : des communiqués, des articles, des visuels, des vidéos, des interviews … Ce projet débutera à partir du vendredi 25 octobre dans la salle 209 de 12h30 à 14h30. Les inscriptions doivent être faites avant le 21 octobre en envoyant un mail à Madame Marty (stéphanie.marty@univ-montp3.fr) en précisant notre nom de groupe : G1 béziers.

Nous avons ensuite parlé de l’interview qui devra être rendue le 25 novembre avant 00h00. Chacun a donc choisi son groupe. Concernant les absents, ils devront impérativement s’intégrer dans des groupes déjà formés. Nous avons été informés sur les objectifs attendus pour cet entretien, le diapo contenant ces informations sera publié dans la semaine sur le blog.

De plus, nous avons pu écouter une interview radio et regarder deux vidéos afin de nous montrer les erreurs à ne pas reproduire lors de notre propre interview. On a pu retenir sur l’interview radio qu’il ne faut pas transmettre les questions à l’avance pour que l’interviewé ne fasse pas de réponses trop longues et préparées. Concernant les vidéos, la première était une interview canular de Raphael Mezrahi qui questionnait Jean-Pierre Castaldi et nous avons retenu qu’il faut un minimum préparer ses questions afin de ne pas embarrasser la personne interrogée. La deuxième était un plateau télé dans lequel Marc Olivier Fogiel interrogeait Phillipe Bouvard, celle-ci a pu nous montrer qu’il ne fallait pas être agressif et arrogant envers l’interviewé.

Puis nous nous sommes mis en groupe de 8 et avons travaillé sur des entretiens de l’édition 2018 afin de voir les erreurs que les étudiants de l’année dernière avaient pu faire. Certains d’entre nous sont passés à l’oral pour faire une critique de ces interviews, Madame Marty a donc pu analyser les défauts de leurs prestations orales.

Elisa Colombel, Alexia Bajo, Jao Andreanie Judicaella

Compte-rendu du 23 septembre 2019

jeudi 26 septembre 2019

Compte rendu fait par Oumou Fall , Bonou Mela-Yannis et Adama Damy Camara

Le Lundi 23/09/2019 nous avons réalisé une activité interactive qui avait pour but deux objectifs à savoir :

-Observer les attitudes spontanées qu’on adopte face à un interlocuteur et mesurer l’effet que cela a sur cet interlocuteur.

-Observer le langage non verbal et para verbal

En effet cette activité interactive est repartie en quatre grandes parties :

  1. La présence d’un narrateur qui doit raconter une situation de communication en laissant une partie suspendue (en 2 minutes)
  2. Les acteurs qui ne doivent poser que des questions sur le suspense
  3. Le  filmage
  4. La projection du film et les commentaires

Pour se faire nous avons suivie cet ordre des choses, puis adopter une position en forme de U pour que l’activité produise l’effet attendu.

Au passage nous avons définie la situation de communication, selon Ardoine Eberger une situation de communication est un événement vécu d’une certaine durée repérer selon des coordonnées spatiales et temporelles par des sujets, des agents, des acteurs qui s’y trouve impliqués.

  1. La narration

Pour commencer, Mademoiselle Adama Damy Camara s’est porté  volontaire pour raconter une situation de communication. Son histoire portait sur son  entretien Campus France, en Guinée Conakry précisément au Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG). A travers cet entretient elle devait répondre à des questions d’un agent Campus France afin qu’il évalue si elle peut ou non intégrer une université française. Et comme recommandé la narratrice a mis du suspense dans son récit

.2-Les questions des acteurs

Ensuite il y a eu la phase des questions, ainsi les acteurs ont posés des questions sur les zones d’ombres (suspense). Les questions portaient majoritairement sur le déroulement de l’entretien que la narratrice s’était retenue d’éclaircir, à savoir les questions posées par l’interviewer et les réponses de la narratrice. Mais également sur les conditions d’existences de cette dernière et sur la manière dont elle s’intègre dans ce nouveau décor.

Nous avons fait le point sur les types de question, qui sont entre autre :

-Les questions ouvertes : celles qui nécessitent une large explication

-Les questions fermées : Celles qui se répondent par OUI ou NON

Les suggestions : Consiste à donner son avis sur un sujet donné

A retenir : Lors de vos entretiens il faut privilégier les questions ouvertes parce qu’elles vous donnent plus de possibilités pour poursuivre l’échange et ainsi mieux cerner votre interlocuteur.

Les questions fermées peuvent nous être fatales, parce que en posant une question fermées on s’expose à avoir une réponse peu explicite donc on s’auto bloque et après on est amené à dire n’importe quoi.

3-Le filmage

Toutes les scènes de cette activité ont été filmées par une étudiante qui s’est aussi porté volontaire pour accomplir cette tâche. Pour se faire  elle a effectué un filmage en balayage, c’est-à-dire que par moment elle était sur la narratrice,  a d’autre moment sur les acteurs puis et par moment elle prenait toute assemblée , plan d’ensemble.

4-La projection de la vidéo  et les commentaires

 Nous avons eu à visionner la vidéo  sur  l’activité, et à relever les attitudes de la narratrice, des acteurs. Pendant le film nous avons repérer de nombreux gestes, et mouvement fait consciemment ou inconsciemment par tout un chacun. Parmi ces gestes nous avons eu :

-Les gestes rythmiques effectué par la narratrice et qui lui servait de contenance

-Le mimétisme, qui était fait par les voisines de la narratrice car ne sachant pas quoi faire elles avaient toutes la même position. Le mimétisme est souvent contagieux

-La proxémique, les voisines de la narratrice avaient du mal à gérer leur espace car étant trop proche de la narratrice.

Ainsi en relevant ces gestes nous avons observé le langage non verbal dans cette activité qui était sans doute le plus utilisé par l’assemblée.

A retenir : Les adages  de Palo Alto, une école de pensée qui dit ceci :

« On ne peut pas ne pas communiqué »

« Toute est communication »

La plus grande preuve de cette pensée est le SILENCE, dans un silence on peut tout dire (l’approbation, la désapprobation, la peur, la joie, la colère…)

Puis nous avons observé les différentes attitudes adopté par chaque acteur durant l’activité,  les acteurs avaient plutôt une attitude d’enquête et  de compréhension.

Ensuite nous avons fait le point le point sur différentes types d’attitudes.  Selon Alias Porter, un auteur, il y a cinq types d’attitudes, à savoir :

-L’enquête qui consiste à poser des questions pour pouvoir dénouer la situation de communication.

-Évaluation et jugement qui consiste à donner son avis (péjorative ou méliorative) sur le vécu du narrateur.

-Soutient immédiat, nous permet de soutenir l’interlocuteur  dans son récit.

-La compréhension, consiste à avoir de l’empathie pour l’interlocuteur  dans le but de mieux le cerner.

A retenir :

  • Il ne faut jamais se prêter à faire un jugement sur le récit d’un interlocuteur, car cela peut être gênant  et donc il ne sera plus à l’aise dans l’entretien, résultat les informations seront vagues.
  •  Il est recommandé d’avoir pour attitude de  compréhension, car ainsi on est plus apte à cerner l’interlocuteur et donc à comprendre.

Pendant le visionnage de la vidéo, nous avons repéré  un moment de silence absolu, et il a été retenu que le silence peut nous être fatale. Le  silence est certes l’un des meilleurs moyens de communication non verbale, mais il peut également  nous déstabilisé.

A retenir : Ne jamais laisser le silence s’installer lors d’un entretien, car cela peut provoquer la panique à la fois chez nous et chez notre interlocuteur. Après un long silence nous ne savons plus quoi dire ou ne pas de dire.

C’est par cette mise en garde que l’activité a pris fin.


Compte rendu cours 23/09/19

jeudi 26 septembre 2019

Ce lundi, une activité a été effectuée durant la séance : une situation de communication ( Événement décrit par Ardoino et Berger comme une situation vécu d’une certaine durée repéré selon les coordonnées spatiales et temporelles par des sujets impliqués) . Cette dernière consiste à se faire filmer tandis qu’un narrateur nous raconte une situation vécu, en laissant le plus de suspens possible pour qu’ensuite on puisse lui poser des questions, le tout afin de pouvoir étudier le langage verbal, paraverbale et non verbale de celui qui raconte et de ceux qui écoutent.

Les élément qui sont ressorti lors du visionnage de la vidéo, sont les suivants :

– Gestes rythmiques : Accompagnement gestuel du narrateur afin d’appuyer le discours.

– Gestes d’auto-Contact : Gestuel naturel, traduisant plusieurs sentiment tels que l’anxiété, la gène, la nervosité…

– Mimétisme au sein du groupe : Propagation d’un geste involontaire entre plusieurs individus

– Proxémique : Étude de la gestion par les individus de l’espace et des distances.

A la fin de la narration, on a pu remarquer que beaucoup de questions étaient des questions fermées, ce qui peut mener en règle général a une réponse courte de la part du narrateur pouvant mener à écourter un entretien, ici, le narrateur était assez bavard et a su développer ses réponses. Cependant les questions fermées sont à proscrire lors d’entretien.

Cela n’a pas empêché d’avoir des moments de silence qui ont mené à des rires nerveux dû à la gène.

Elias Porter à décrit plusieurs types d’attitudes par rapport aux question posé :

-Enquêtes

-Jugement

-Soutien

-Solution immédiate

-Compréhension

L’école de pensée de Palo Alto donne deux citations célèbres « On ne peut pas ne pas communiquer » et « Tout est communication », ces citations illustres le fait que tout sert a communiquer, même un silence.

En conclusion, lors d’un entretien officiel, il faut limiter l’utilisation de question fermées, ne jamais poster de question qui porte un jugement ou bien interrogatoire qui donne l’impression d’une enquête et d’être le plus compréhensif dans notre attitude !

Par Ayachi Djamel, Thibaud Cianffara et Hugo Clair.

Compte-rendu : séance n°2, Lundi 23 septembre

mercredi 25 septembre 2019

En premier lieu, madame Marty nous a informé de la mise en place prochaine (courant octobre) d’un projet professionnalisant dont la date est encore à déterminer. Il se présenterai sous la forme d’une agence de communication encadré par une professionnelle extérieur et sur la base du volontariat. Le but étant de promouvoir un seriousgame ainsi qu’un teaser monté par les L3.

En ce qui concerne cette deuxième séance, les objectifs étaient d’identifier les attitudes spontanées que nous adoptons face à un interlocuteur, mesurer les effets de ces mêmes attitudes sur celui ci et observer le langage non verbale et paraverbal, ainsi que mettre en relations ces observations avec les attitudes identifiées.

Nous avons donc été divisés en deux groupes afin de faciliter l’échange. Durant cet exercice un narrateur raconte une situation de com* vécu, d’environ 2min, et laisse une part de suspense afin que le reste du groupe puisse lui poser des questions pour en comprendre la fin.  Le tout, filmé. Chloé raconte donc que durant le festival de Carcassonne de cet été elle a travaillé en tant qu’ouvreuse. Le soir du concert de Sting, il pleut, les gens sont énervés, et Chloé est chargé de les placer avant le début du concert. Entrain de placer un couple, un homme l’attrape par le bras et commence à l’insulter… 

Nous avons donc étudié cette vidéo. Il en relève que la narratrice, légèrement stressée, à recours à l’auto contact (se touche les cheveux et pied qui gigote), à des gestes rythmique (impulsés par la parole) ainsi qu’à des phatèmes (comme “vous connaissez?”) afin de maintenir l’attention de son auditoir.

En ce qui concerne le reste du groupe nous avons d’abord étudié la proxémique** des voisins de la narratrice. Il en est ressorti qu’ils étaient relativement gênés à cause leur proximité avec le centre de l’attention. On observe aussi dans l’auditoire une situation de mimétisme (contagion d’un geste), de même que des rires nerveux à l’occasion, synonymes de malaise.

Il apparaît trois types de questions : la première, la question ouverte, sollicite une réponse développée et permet de multiples relances. A l’inverse la question fermée, ne permet pas un échange fluide car les réponses sont souvent courtes. La dernière quant à elle, suggestive, permet de faire part de notre avis, implicitement. Toutefois ce type de question peut relever d’une attitude de jugement (attitudes répertoriées par Elias Porter), qui peut entraîner un replis et est donc à utiliser avec prudence.

Ainsi, pour notre entretien avec un professionnel, M.Marty nous a conseillé de préférer les questions ouvertes et d’adopter une attitude d’investigation et de compréhension. 

Une situation de com* : Evénement vécu, d’une certaine durée, repéré selon des coordonnées spatiales et temporelles, par des sujets/des acteurs/des agents qui s’y trouvent impliqués.

          (par Ardoino et Berger)

Proxémique** : Etude de la gestion par les individus, de l’espace et des distances.

Pauline DUCLOS et Fleur DARAUT