Les manuscrits du poème (1930-1960) – Journées d’études 23 octobre 2014 – 31 janvier 2015 – appel à communications

497-RL- BrasaLes manuscrits du poème (1930-1960)

Si la poésie en occitan de cette période a fait l’objet d’assez nombreuses études qui permettent à la fois d’en connaître l’essentiel des auteurs et des œuvres, de nombreuses zones d’ombre subsistent. L’une d’entre elles concerne les fonds manuscrits pouvant contenir :
— des poèmes inédits ;
— une ou des versions antérieures à la première publication du poème ;
— des versions postérieures à la première publication du poème ;

Ces fonds peuvent avoir déjà été répertoriés ; mais c’est rarement le cas (édition d’Henri Espieux par Jean Larzac ; édition de Robert Allan par Marie-Jeanne Verny ; de Denis Saurat par Jean-François Courouau). La plupart du temps, ils existent à l’état potentiel : manuscrits conservés par les poètes ; manuscrits conservés par des correspondants divers ; manuscrits insérés dans des fonds tout aussi divers (recueils de correspondance ; papiers du poète légués à une institution publique ou privée ; poèmes insérés dans des ouvrages, par exemple à l’occasion de l’envoi ou de la remise d’un exemplaires dédicacé d’un recueil ou d’une autre sorte d’ouvrage, etc.).

Une première approche de cette situation assez complexe pourrait consister à :
— repérer les fonds existants, qu’il s’agisse de fonds « cohérents », à la fois par leur contenu et/ou leur lieu de conservation, ou de fonds fortuits, dispersés, à constituer ou reconstituer ;
— s’interroger, à propos de tel ou tel poète, sur l’opportunité de repérer des versions manuscrites de son œuvre et sur la possibilité d’accession à celles-ci ;
— envisager la constitution d’archives poétiques (exemple : travaux en cours de Philippe Gardy sur les manuscrits de Max Rouquette, aussi bien ceux conservés au CIRDOC, Béziers, que ceux encore entre les mains de la famille, déjà déposés à la Médiathèque Zola de Montpellier, ou actuellement possédés par d’autres personnes privées ou établissements).

Parallèlement, on pourrait commencer à partir des matériaux existants, déjà étudiés ou pouvant l’être, à s’interroger sur la construction de l’œuvre de quelques poètes, que ces matériaux pourraient aider à mieux l’appréhender ou à remettre en cause. On pourrait aussi, à travers quelques exemples, poser, pour la poésie en occitan de cette période, les questions de l’élaboration du poème ou du recueil, et, dans une autre direction, plus technique, tenter d’évaluer le poids des instances éditoriales dans cette élaboration (graphie, lexique, choix des textes à publier, composition finale des recueils, etc.).

Pour nourrir la discussion, il serait possible d’évoquer les points suivants :
- les manuscrits existants et ceux qui pourraient exister mais demeurent introuvables ;
- leurs conditions actuelles de conservation et ce qui serait souhaitable ;
- leurs caractéristiques matérielles ;
- leur statut : brouillons, notes, variantes, mises au net, etc.
- la place de ces manuscrits relativement à l’oeuvre publiée ;
- ce qu’ils apportent à la compréhension de l’élaboration du poème, des ensembles dans lesquels le poème a pris (aurait pu prendre) place
- questions de graphie et de langue

Un autre aspect de cette recherche concerne bien sûr les éditions, critiques ou non, des œuvres poétiques, en fonction des éléments nouveaux que de telles enquêtes seraient susceptibles d’apporter.

Le colloque est organisé par la composante RedOc de l’équipe de recherches LLACS. Il aura lieu

- le 23 octobre 2014 sur le site de Saint-Charles.

- le 31 janvier 2015 à la médiathèque Emile Zola. Cette deuxième journée sera plus spécifiquement centrée sur les manuscrits de Max Rouquette qui accueillera, en cette fin d’année une grande exposition consacrée au grand écrivain montpelliérain.

Nous remercions ici Gilles GUDIN de VALLERIN, Conservateur général, Directeur du réseau des médiathèques de Montpellier Agglomération, de bien vouloir nous accueillir une nouvelle fois dans ces locaux prestigieux. Nous remercions également Benjamin Assié, directeur-conservateur du CIRDOC, partenaire dans ce programme de notre équipe de recherches.

Les propositions de communications (titre, résumé de 500 à 1000 signe) seront recueillies par Philippe Gardy (philippegardy@wanadoo.fr) et Marie-Jeanne Verny (mjvb@orange.fr) avant le 30 mars 2014.

Ce contenu a été publié dans Appels à communication, Espace occitan / RedOc, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.