Appel à communication : Images de l'étranger dans la bande dessinée européenne

Appel à communications 
JOURNÉE D’ÉTUDES 

Images de l'étranger dans la bande dessinée européenne  

Interculturalité, exotisation, statut narratif  

4 février 2021 

Université Paul-Valéry Montpellier III, France
 

Comment l'autre, l'étranger, proche ou lointain, est-il représenté dans l'espace des narrations graphiques, quel que soit le genre de la bande dessinée (BD historique, de reportage, autobiographie, fantastique, humoristique, de science-fiction) ? Plus particulièrement, comment l'altérité et la différence sont-elles représentées dans l'espace socio-culturel de la BD en Europe, notamment dans l'espace franco-belge.  

L'histoire de la BD épouse celle de la période coloniale (de 1827 à 1960) ainsi que postcoloniale. La question de la caricature, de l'humour envers les autres culturels (Astérix), de la parodie, du récit historique à but éducatif ou apologétique vis-à-vis de la jeunesse (Tintin au Congo), sont autant de questions délicates quant au rapport entre un art de la bande dessinée qui vise à divertir, mais aussi convaincre, faire de la politique et imaginer l'ailleurs et ses étrangers.  

De grands classiques de la BD, ainsi que des productions plus récentes, se centrent autour de l'interculturalité (de Les aventures de TintinSpirou et FantasioAstérix ou Corto Maltese à L’Arabe du futur, de Riad Sattouf, ou aux Chroniques, de Guy Delisle, pour en mentionner certaines) et la thématique de l'étranger s'est agrandie en tenant compte des phénomènes de mobilité humaine, de mondialisation, de globalisation et de circulation des savoirs.  

De plus, la diversité de genres explorés par la BD a permis d’interroger la représentation des étrangers au travers de l’histoire (des civilisations anciennes à nos jours), en suivant le chemin de l’aventure (par le biais du récit de voyage ou du western), sous le regard du journalisme (la chronique de guerre et les récits de migrants) ou avec les codes de l’humour (la caricature ou la parodie des identités). De même, l’intérêt pour les autobiographismes dans la BD a réveillé des perspectives pour analyser la représentation de la rencontre avec l’altérité, les effets de l’expérience, le rôle de la documentation et des jeux de fiction dans les situations d'hybridation culturelle. 

La représentation dans la littérature graphique de l’altérité et de la différence peut aussi être entendu au sens large : l’autre, issu de cultures diverses, mais également l’autre imaginaire, fantastique, inventé, fantasmé. Ainsi on sait que, par exemple, l’extraterrestre, le monstre, la bête, recoupent les questions du racisme, de l’altérité rejetée, des frontières de la reconnaissance de l’autre comme soi-même ou plutôt de l’autre comme un non-humain (un barbare, un métèque, un sous-homme, un animal).  

Le corpus immense et souvent inexploré de la bande dessinée, au regard de notre question, contient de manière latente ou affirmée, la représentation imaginaire de l’altérité ; cela à travers des répétitions de stéréotypes, des interrogations sur le statut d’être humain et des assignations identitaires. Les périodes historiques, les auteurs, les ruptures, les continuités, sont autant d’entrées possibles.  

La question enfin de la méthode (que disent les BD de la société qui les produit, lorsque cette société regarde et surtout représente ces altérités ?), sera une entrée possible quant à la théorie du reflet marxiste, la sociologie de l’art et de l’imaginaire et les études culturelles au regard de l’interculturalité, concept clé de cette journée d’étude.  

Par ricochet, les bandes dessinées mènent à des questionnements sur les rapports de pouvoir interculturels, notamment entre l'aire franco-belge (cœur de deux empires coloniaux), entre l'Occident européen et les aires du Sud post-coloniales. On interrogera donc directement dans les dessins mêmes, ces représentations narrativo-graphiques, dans le dessin de l'étranger, les systèmes de domination autant que les mécanismes de résistance, notamment parodique, à des rapports de hiérarchies culturelles et politiques. 

Ainsi, trois axes sont proposés :  

  1. Les miroirs des cultures lointaines 
  2. La BD, reconnaissance de l’autre fantastique 
  3. Vignettes de domination coloniale 

Les quelques pistes esquissées ci-dessus ne sont en rien limitatives. La journée est ouverte à l’ensemble des disciplines rattachées aux arts, lettres et sciences humaines et sociales. Les propositions de communication, d’environ 500 mots, assorties d’un titre et de quelques lignes de présentation bio-bibliographique, seront à envoyer par courriel au plus tard le 6 décembre 2020, à l’adresse suivante : etrangerbdJDE@gmail.com  

 

Une publication est envisagée à l’issue de cette journée d’études.  

 

La journée d’études aura lieu le jeudi 4 février 2021, au Site Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry -  Montpellier, France.  Une table ronde et une rencontre avec un auteur de BD sont aussi au programme de cette manifestation académique.

 

Journée d’études organisée par :

Eric VILLAGORDO et Flavio PAREDES CRUZ

RIRRA21 (Représenter, inventer la réalité du romantisme à l’aube du XXI siècle)

Université Paul Valéry – Montpellier 3