Politique de la recherche

Exterieur du site Saint-Charles

L’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (UPVM3) est reconnue pour ses travaux dans les domaines des LLA et SHS. Son activité scientifique repose sur 19 unités de recherche  (dont 3 UMR tutelle CNRS, une UMR tutelle CNRS et CIRAD et 1 UMR tutelle IRD), regroupées au sein de 3 écoles doctorales (dont une en double tutelle). À ces structures s’ajoutent un LABEX (ArcHiMedE)  porté par l’établissement et spécialisé dans l’archéologie ainsi qu’une Fondation dédiée à l’Egyptologie, ou encore le LabEx CeMEB  (Centre Méditerranéen de l’Environnement et de la Biodiversité). L’université héberge quelque 700 chercheurs  et enseignants-chercheurs et le même nombre de doctorants. Elle propose des formations de master et de doctorat dans de nombreuses spécialités, allant de l’histoire aux arts plastiques en passant par la linguistique, la sociologie, la géographie, la psychologie, les lettres classiques et modernes, les sciences de l’information et de la communication, mais aussi les langues, lettres et civilisations étrangères, entre bien d’autres. Elle a su se bâtir une réputation d’excellence dans certaines de ces disciplines et promouvoir des spécialités peu représentées au niveau national.

 

La recherche à l’UPVM3 se pratique en relation avec des partenaires locaux et régionaux, au sein de la COMUE (MSH, Collège Doctoral, diverses doubles tutelles et collaborations scientifiques et institutionnelles, etc.), mais aussi à l’échelle de la région Occitanie, dans la mesure où nos UR entretiennent des collaborations étroites, avec l’Université de Perpignan Via Domitia et l’Université Toulouse Jean-Jaurès. L’université entretient également des partenariats privilégiés avec l’Ecole Nationale d’architecture de Montpellier et l’Ecole Supérieure des Beaux Arts de Nîmes, mais aussi avec Montpellier Méditerranée Métropole et la Région Occitanie. Son activité est également portée par de nombreux et fructueux partenariats internationaux.

 

Université d’art et de culture et université tournée vers les sciences de l’homme et de la société, l’établissement s’est doté d’une politique scientifique fondée sur deux axes principaux (humanités numériques et éthique) qui orientent ses productions vers des problématiques contemporaines sans pour autant renoncer à l’éclairage fourni par une prise en compte du temps long. La plupart des équipes sont installées sur le site Saint-Charles, qui accueille également la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier , Fédération de Recherche avec laquelle elle entretient des liens étroits. La recherche à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 s’appuie sur la Direction de la Recherche et des Etudes Doctorales , qui héberge une cellule de valorisation consacrée au montage de projets nationaux et européens et de transfert de la recherche vers le monde socio-économique. L’établissement veille ainsi à concrétiser l’objectif d’usage social des LLA et SHS placé au cœur de son projet.

 

Les travaux de recherche en LLA et SHS, jouent un rôle essentiel dans la compréhension de notre société et de son développement, ou encore dans la réponse aux attentes de la société civile au regard des grands défis d’aujourd’hui. Aussi, l’université Paul-Valéry a-t-elle fait le choix de développer les Presses Universitaires de la Méditerranée , qui contribuent à la diffusion des travaux de chercheurs locaux ou issus d’autres établissements français et étrangers. Elle est également résolument engagée dans le transfert vers le monde socio-économique en articulation étroite en particulier, avec la Société d’accélération de transfert de technologie dont elle est actionnaire (AxLR)  ou l’écosystème d’innovation et de création d’entreprise, le tissu des incubateurs régionaux (Languedoc Roussillon Incubation, Alter’Incub, Réalis, Synersud), le BIC de Montpellier Méditerranée Métropole et la FrenchTech de Montpellier et la Région Occitanie.