Canicule

Les recommandations générales en cas de forte chaleur.

Pour savoir si nous sommes en alerte vigilance météo, consulter le site de MétéoFrance.

Quelles précautions prendre au travail ?

D'abord, en cas de problèmes de santé ou de traitement médicamenteux, se renseigner auprès de son médecin traitant et du médecin de prévention sur les précautions complémentaires à observer.

1) SE PROTÉGER

- porter des vêtements légers n’empêchant pas l’évaporation de la sueur (coton), de couleur claire si l’on travaille en extérieur ;

- éviter tout contact avec des surfaces métalliques exposées directement au soleil ;

- protéger sa tête du soleil (casquette…) ;

- éteindre le matériel électrique en veille de façon à éliminer toute source additionnelle de chaleur ;

- prudence en cas d’antécédents médicaux ou de prise de médicaments ;

- fermer les volets et les rideaux des façades les plus exposées au soleil durant toute la journée ;

- éviter dans la mesure du possible d’ouvrir les fenêtres pendant les heures les plus chaudes.

2) SE RAFRAICHIR

- utiliser un ventilateur en association avec un brumisateur ;

- faire des pauses régulières et fréquenter des lieux climatisés ou rafraîchis.

3) BOIRE, ET MANGER

- boire au minimum l’équivalent d’un verre d’eau toutes les 15-20 minutes, même si l'on n’apas soif ;

- éviter toute consommation de boisson alcoolisée (y compris la bière et le vin) ;

- éviter les boissons riches en caféine ;

- faire des repas adaptés aux situations de travail et suivant les recommandations. Il est important de continuer à manger car c’est l’association eau + apports salés et sucrés qui assurent une bonne hydratation.

4) LIMITER LES EFFORTS PHYSIQUES

- adapter son rythme de travail selon sa tolérance à la chaleur et organiser son travail de façon à réduire la cadence ;

- Ne pas s’affranchir des règles de sécurité ;

- Réduire ou différer les efforts physiques intenses et reporter les tâches ardues aux heures les plus fraîches de la journée ;

- alléger la charge de travail par des cycles courts travail/repos (exemple : pause toutes les heures) ;

- adapter l’organisation du travail : par exemple, grâce à l’utilisation d’aides mécaniques à la manutention ;

- cesser immédiatement toute activité dès qu’apparaissent des signes de malaise ;

- prévenir les collègues, l'encadrement et le médecin du travail. Ne pas hésiter à consulter un médecin.

- faire cesser toute activité à un collègue présentant des signes d’alerte.

5) LES SIGNES D’ALERTES

Une bouffée de sueur en buvant un verre d’eau ou pas d’urine depuis 5 heures environ (urines foncées) signale une déshydratation.

Actions à mettre en place :

  • Boire immédiatement même en l’absence de soif.
  • Augmenter les boissons et maintenir une alimentation normale

Un bien-être général en se passant les avant-bras sous un filet d’eau signale début de réchauffement du corps.

Actions à mettre en place :

  • Augmenter le mouillage et la ventilation de votre peau

ATTENTION ! Si vous constatez ces signes sur vous-même, cela signifie que des collègues, plus fragiles, sont peut-être déjà en danger : soyez vigilants !

Comment gérer une situation d’alerte ?

- Comment reconnaître une pathologie grave liée à la chaleur ?

Si, au cours de travaux exécutés en ambiance chaude, vous-même ou un collègue présente l’un des symptômes suivants :

  • maux de tête,
  • sensation de fatigue inhabituelle,
  • importante faiblesse,
  • nausées, vertiges, étourdissements,
  • malaises, pertes d’équilibre,
  • désorientation, agressivité, propos incohérents,
  • somnolence,
  • perte de connaissance.

ATTENTION ! Il peut s’agir des premiers signes d’une urgence vitale

- Gestion de la situation

Il faut agir RAPIDEMENT et EFFICACEMENT, et donner les premiers secours à la personne présentant des signes de déhydratation :

  1. La transporter à l’ombre ou dans un endroit frais et lui retirer ses vêtements superflus ;
  2. Lui asperger le corps d’eau fraîche ;
  3. Faire le plus de ventilation possible ;
  • Faire boire de l’eau en l’absence de troubles de la conscience.

Alerter votre chef de service.

Recommandations issues du haut conseil de la santé publique.