Spectacle : TRAM 83

Mercredi 21 mars / 20:00 & Jeudi 22 mars / 19:15
Julie Kretzschmar adapte le premier roman de Fiston Mwanza Mujila, l’une des voix majeures du roman congolais contemporain : Tram 83, ou l’évocation d’une Afrique sensuelle et désenchantée, entre récits et fragmentation.

Mercredi 21 mars 2018 / 20:00
Jeudi 22 mars 2018 / 19:15

Durée : 1h40

Présentation

C’EST PAR LE CHEMIN DE LA LITTÉRATURE QUE JE PEUX RÉTABLIR LA VÉRITÉ. JE ME PROPOSE DE RECONSTITUER LA MÉMOIRE D’UN PAYS N’EXISTANT QUE SUR PAPIER.
LUCIEN DANS TRAM 83 DE FISTON MWANZA-MUJILA

Deux personnages. Il y a Lucien, écrivain rêveur. Il y a Requiem, magouilleur désabusé. Tout compte fait, il y a trois personnages : manquait le Tram 83, bar-bordel où tout se passe une fois la nuit tombée, entre plaisirs et oubli. Quel avenir pour l’humanité ? Requiem mise sur sa pourriture, Lucien sur la littérature. Le troisième ne se soucie pas de cela. La Ville-Pays, reflet incandescent de Lubumbashi, capitale minière de l’ex Congo-Zaïre, se laisse traverser par les deux copains de fac dans leur virée chaotique. Comme pour ses autres projets, le point de départ de Julie Kretzschmar est une rencontre avec un geste d’écriture littéraire. Après s’être dirigée vers la littérature contemporaine arabe et orientale, elle se tourne vers les nouvelles formes narratives africaines à la recherche de nouveaux ressorts imaginaires.
Son attention est retenue par Tram 83, premier roman de l’écrivain congolais Fiston Mwanza Mujila qui lui en confie l’adaptation. Elle continue, à partir de celle-ci, de confronter représentations géo-politiques et poétiques

Tram 83 – teaser from Les Bancs Publics on Vimeo.

 

 

Tram 83 – reportage France 3 from Les Bancs Publics on Vimeo.
 

Biographie

JULIE KRETZSCHMAR
est une metteure en scène qui vit et travaille à Marseille. Elle a créé la compagnie L’Orpheline est une épine dans le pied qui, depuis 2001, produit des spectacles à la croisée de la performance, de la musique expérimentale et des arts visuels. En affirmant une identité marquée par l’univers photographique et cinématographique, en construisant des scénographies conçues comme des espaces plastiques et sonores abstraits, la compagnie s’est structurée autour d’un dialogue étroit avec des auteurs contemporains francophones parmi lesquels Mustapha Benfodil, Kamel Daoud, Alain Kamal-Martial, Salim Hatubou, Jean-Luc Raharimanana. À partir de chaque création, la compagnie développe des activités liées à la coopération culturelle internationale, récemment dans l’archipel des Comores, au Burkina Faso, en République démocratique du Congo.

 

Distribution / Production

Texte Fiston Mwanza Mujila   
Mise en scène Julie Kretzschmar  
Adaptation Julie Kretzschmar  
Collaboration artistique Lauren Lenoir  
Scénographie Claudine Bertomeu  
Lumières et vidéo Camille Mauplot  
Musique Aurélien Arnoux  
Costumes Claudine Bertomeu et Julie Kretzschmar  
Régie son Nicolas du Villard
Avec Aurélien Arnoux, Astrid Bayiha, Christophe Grégoire/Frédéric Fisbach, Lorry Hardel, Moanda Daddy Kamono, Charles Ouitin Kouadjo

Production L’Orpheline est une épine dans le pied
Coproduction Les Francophonies en Limousin - Limoges, La Criée - Théâtre national de Marseille, Le pôle des arts de la scène - Friche la Belle de Mai - Marseille, Les Bancs Publics - Marseille, Le Tarmac - scène internationale francophone - Paris
Avec le soutien DRAC PACA, Ville de Marseille, Conseil Régional PACA, Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques (DRAC et Région PACA), Institut Français Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Lieux publics - centre national de création en espace public
Résidence de recherche aux Récréâtrales 2016 (Ouagadougou, Burkina Faso), Institut français de Kinshasa, Le tarmac des auteurs (Kinshasa, R.D. Congo)