TIJUANA

« Nous sortons de cette boite noire sans savoir qui nous sommes, questionnant la peau que nous portons, le territoire par lequel nous transitons, jusqu’à l’espace que nous habitons. »

Une fausse moustache, un changement d'identité : à Tijuana, l'acteur et metteur en scène mexicain Gabino Rodríguez devient Santiago Ramirez : ouvrier d'usine payé au salaire minimum pour plus de 16 heures de labeur par jour et vivant dans un quartier populaire de la ville. Durant cinq mois, dans cette ville cul-de-sac, située à 20 km de la frontière des États-Unis, l'acteur et son double fictionnel, Santiago Ramirez, s'immergent dans les conditions d'existence et de survie de milliers de Mexicains venus s’agglutiner à Tijuana dans l’espoir de se hisser jusqu'au pays riche.
Inspiré des pratiques d'investigation et d'infiltration de journalistes comme Günter Wallraff, l'acteur et son collectif Lagartijas tiradas al sol, qu'il fonde et co-dirige avec Luisa Prado, ouvre avec Tijuana un nouveau volet à leur projet « La démocratie au Mexique 1965-2016 », une série de 32 pièces, une par État de la république.
Dans Tijuana, l'acteur seul en scène, tisse le récit de cette expérience trouble et interroge non seulement la signification de la démocratie dans un tel contexte mais également les chemins de la fiction et ses limites.

Tarifs

Mardi 12 novembre 2019 / 20:00 Mercredi 13 novembre 2019 / 19:15

TP 15 € - TR 10 € - LPV 2 € - Yoot 5 € / Tarif super réduit 5€ / Tarif -de 18ans 5€

Durée : 1h15

Spectacle en espagnol, surtitré en français

Billeterie ICI

Biographie

Luisa Pardo et Gabino Rodríguez forment un duo de choc qui secoue la scène mexicaine depuis quelques années déjà. Nés en 1983, anciens élèves du Centro Universitario de Teatro, comédiens, auteurs et metteurs en scène, ils fondent en 2003 la compagnie Lagartijas tiradas al sol (Lézards étendus au soleil), conçue comme un collectif, « un espace pour penser », pour bousculer les conventions. L’expression « théâtre engagé » n’est pas vaine pour désigner leur travail, car ces deux-là pratiquent un théâtre qui réfléchit sur le monde qui les entoure et sur la façon de conduire le spectateur à une perpétuelle remise en cause des valeurs qu’il croit avoir acquises. Pour ce faire, ils sondent et transgressent les frontières du réel et de la fiction.
Après leurs spectacles Catalina (histoire, non dénuée d’humour, d’une rupture amoureuse) et Asalto al agua transparente (réflexion sur le désastre écologique de l’eau à Mexico), ils explorent dans El Rumor del incendio, au travers du portrait d’une femme, Margarita Urías Hermosillo, l’histoire des luttes armées au Mexique. Il s’agit en fait d’un projet en trois parties : un livre (El Rumor del momento / La Rumeur du moment), une pièce de théâtre (El Rumor del incendio / La Rumeur de l’incendie) et un blog (El Rumor del oleaje / La Rumeur de la houle). La pièce revient sur les mouvements de guérilla dans les années 1960 et 1970, sur les engagements, sur la répression, mêlant les sources et les formes théâtrales pour composer un véritable « documentaire scénique ». Mais ce théâtre n’est pas une simple reconstitution historique : en rappelant le passé à notre mémoire, c’est notre présent que Luisa Pardo et Gabino Rodríguez n’ont de cesse d’interroger.

Distribution / Production

D’après les textes et idées de Andrés Solano, Arnoldo Galves Suarez, Martin Caparrós et Gunter Walraff
Assistante à la mise en scène Luisa Pardo
Régisseur général Sergio Felipe López Vigueras
Lumières Sergio López Vigueras
Scénographie Pedro Pizarro
Son Juan Leduc
Vidéo Chantal Peñalosa et Carlos Gamboa
Collaboration artistique Francisco Barreiro

| Production Lagartijas tiradas al sol
| Producteur délégué Europe Association Sens Interdits - Lyon
| Spectacle présenté avec le soutien de l’ONDA (Office national de diffusion artistique)