Un Observatoire départemental des violences faites aux femmes coordonné par l’Université Paul-Valéry

violences faites aux femmes

Fruit d’un partenariat institutionnel inédit en France, rassemblant l’Etat, le Département de l’Hérault, la CAF et l’Université Paul-Valéry, cet outil, unique en son genre, a été créé pour lutter localement contre les violences faites aux femmes, conjugales et intrafamiliales.

Lancé officiellement le 25 novembre 2022, l’observatoire des violences faites aux femmes, conjugales et intrafamiliales, associe des femmes victimes de violences, des chercheurs et des professionnels de terrain.

Sa mission est d’étudier les problématiques à l’échelle départementale et de formuler des recommandations d’actions. Il s’adresse également au grand public en tant que centre d’information centralisé sur les dispositifs existants.

Un partenariat unique en son genre

Déjà fortement impliqués dans la lutte contre les violences conjugales, les 4 partenaires ont souhaité, face à la gravité et l’augmentation continue de ce phénomène et l’apparition de nouveaux comportements, renforcer leurs liens et travailler de façon encore plus coordonnée. L’objectif est de se doter d’un outil performant de veille, de compréhension et de production de nouvelles pratiques destiné à compléter leurs actions en les adaptant toujours plus au terrain.

Le pilotage de l’observatoire est rattaché, via Pauline Chevaillier, sa coordinatrice, à notre Université, permettant ainsi d’associer pleinement les chercheurs au projet.

Un combat ancien pour notre université

Cette mission de pilotage donne l'occasion à notre Université de traduire en actions ses travaux de recherche dans le domaine de la lutte pour l'égalité femmes-hommes. Elle matérialise également son engagement ancien dans ce combat.

Très concrètement, celui-ci se traduit d’abord par la production de recherches fondamentales et de recherches-actions au sein du master "Intermédiation et développement social". Ce master a participé activement à la préfiguration de l’Observatoire et constitue un point d’appui solide pour enclencher d'autres formations et d'autres recherches dans ce domaine.

Cet engagement se traduit également par une politique d’établissement volontariste qui a ouvert la voie aux autres universités françaises, il y a plus de 20 ans, avec la création d’une mission Egalité bien avant l’obligation règlementaire.

Un axe prioritaire

Dans le prolongement du plan national d’action 2021-2023 pour l’égalité professionnelle porté par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, un plan triennal a été voté dans les instances de l'Université en juin 2021, fruit d’un travail collaboratif au sein de sa communauté. Dans ce cadre, la prévention, l’accompagnement et le traitement des agissements et des violences sexistes et sexuelles, des discriminations et du harcèlement moral constituent un axe prioritaire. À travers le plan de formation des personnels notamment, il s’agit de rendre concrètement chacune et chacun actrice et acteur dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

La présidente Anne Fraisse lors du lancement officiel de l'observatoire

Dernière mise à jour : 05/12/2022