Motion de l'Université Paul-Valéry en solidarité avec les universités grecques

Dans une conjoncture de pandémie et de confinement, le gouvernement grec a annoncé en janvier 2021 sa décision d’instituer une véritable police des universités, autorisée à patrouiller en uniforme dans les établissements et ne rendant compte à aucun organe d’administration des universités. Cette décision arrive dans la foulée d’une large campagne de diffamation des universités et de désinformation de l’opinion publique grecque contre la prétendue délinquance au sein des établissements.

Le CAC de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, réuni le 9 février 2021, voit, dans ces mesures, un écho à la fin des franchises universitaires qu’essaye de mettre en place le gouvernement avec la LPR. Le CAC soutient les conseils des universités grecques, les associations des enseignants-chercheurs et des étudiants, qui s’opposent fortement à ce projet de loi, tant il s’agit d’une violation du principe de la libre administration des universités. Les établissements universitaires ne doivent pas être transformés en un milieu de surveillance et de répression car cela menace et compromet la démocratie et la libre circulation des idées entre université et société.

Motion votée à l’unanimité (moins 1 NPPV)