LES PULM EXHUMENT LA TOUTE PREMIÈRE TRADUCTION DES VOYAGES DE GULLIVER PLUS FIDÈLE AU TEXTE ORIGINAL ET POURTANT OUBLIÉE

Deux enseignants-chercheurs de Paul-Valéry rééditent, aux Presses universitaires de la Méditerranée (PULM), la toute première traduction du célèbre romain du XVIIIe siècle.

Qui n'a pas lu, ou, d'une manière ou d'une autre, entendu parler des aventures fantastiques, des mondes lointains et lilliputiens retracés par les Voyages du capitaine Gulliver ?

La traduction française de ce grand classique de la littérature anglaise qu'en proposent aujourd'hui les PULM est particulièrement précieuse, car il s’agit de la toute première version, publiée trois mois seulement après la parution de l’original, en janvier 1727. La notoriété de l’abbé Desfontaines, qui en publia rapidement une autre version, éclipsa celle-ci.

Tout en étant écrite dans le langage élégant du XVIIIe siècle et adapté au "bon goût" français, cette traduction se distingue des autres, surnommées à l'époque "les belles infidèles", en restant plus proche du texte de Jonathan Swift, rendant davantage justice à l’humour, l’ironie et la satire édifiante de l'œuvre.

 

Visuel Gulliver

 

Jonathan Swift
Voyages du capitaine Lemuel Gulliver en divers pays éloignés
Première traduction française (1727).
Édition par Valérie Maffre et Dominique Triaire,
PULM, 2021

> Plus d'informations sur le site des PULM