Soutenance de thèse

Le Samedi, 14. décembre 2019 -
13:00 - 17:00
Salle St Charles 2 Kouros

Monsieur Mounir Barsoum Mounir HABACHY

Soutiendra samedi 14 décembre 2019 à 13 h

Salle Kouros à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site Saint-Charles 2

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Égyptologie

Titre de la thèse : Les Titulatures royales des Ptolémées. Interprétation historique - morphologie - tradition et innovation - choix des noms

Composition du jury :

  • M. Aly Omar Aly ABDALLA, Professeur, Université d’Hélouan (Égypte), codirecteur de thèse
  • M. Michel CHAUVEAU, Directeur d’études, EPHE
  • Mme Giuseppina LENZO, Maîtresse de conférences, Université de Lausanne (Suisse)
  • M. René PREYS, Professeur, Université de Namur (Suisse)
  • M. Frédéric SERVAJEAN, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directeur de thèse
  • M. Christophe THIERS, Directeur de recherche, CNRS

Résumé de la thèse:

elon la tradition égyptienne, lorsqu’un pharaon égyptien montait sur le trône d’Égypte, le clergé autochtone lui accordait, en plus de son nom de naissance, quatre autres noms qui définissaient le programme politique, c’est ce qu’on appelle « titulature royale » ou « protocole royal ». Cette thèse étudie ceux des Ptolémées, rois d’origine macédonienne. Il est donc question de savoir si les mêmes processus traditionnels ont été réutilisés ou si on en a créé de nouveaux. Est ainsi examiné le « programme politique » rédigé pour ces souverains afin de le comparer à celui des rois indigènes quant au choix des épithètes, du vocabulaire, de la morphologie, etc. Il est aussi question d’interpréter historiquement ces noms, soit en les liant à des événements ayant précédé et légitimé l’accession au trône des rois, ou l’ayant suivi, et de les analyser comme étant la mise en œuvre de ce programme. L’étude a été conduite à deux échelles. Une première, interne à la dynastie lagide, établit une comparaison générale des protocoles des Ptolémées et analyse l’évolution de la titulature royale tout au long de la dynastie. À ceci s’ajoute la seconde échelle où l’on compare les titulatures des Ptolémées avec celles des souverains antérieurs, ce qui a permis de « tracer » les remplois ou la création des noms. Cette thèse s’est également intéressée à la manière selon laquelle le protocole a pu servir à légitimer son détenteur, et comment une épithète dans un nom royal a pu acquérir en soi une force performative pour légitimer une postérité.