Soutenance de thèse

Le Lundi, 27. septembre 2021 -
14:00 - 19:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles

Madame Paula DOLCI

Soutiendra lundi 27 septembre 2021 à 14 h

Salle des Actes n° 011, Site Saint-Charles 1

une thèse de DOCTORAT, préparée en association avec Montpellier SupAgro

Discipline : Géographie et aménagement de l’espace

Titre de la thèse : Le retour à la terre en Italie : migrer, cultiver, habiter

Composition du jury :

  • Mme Geneviève CORTES, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • Mme Coline PERRIN, Chargée de recherche, INRAE Montpellier, codirectrice de thèse
  • M. Thomas PFIRSCH, Maître de conférences habilité, Université Polytechnique Hauts-de-France
  • Mme Monique POULOT, Professeure, Université Paris-Nanterre
  • M. Frédéric RICHARD, Maître de conférences habilité, Université de Limoges
  • M. Christophe SOULARD, Directeur de recherche, INRAE Montpellier

Résumé de la thèse

En Europe, de plus en plus de personnes non issues du milieu agricole s’installent en agriculture, prenant le contrepied des discours et des représentations qui assignent à l’espace rural et à l’agriculture l’idée de crise. Ces "nouveaux entrants" soulèvent de nombreuses interrogations : qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations, leur rapport à la terre d’une part, et à l’urbanité, de l’autre ? Où vont-ils ? De quelles ressources disposent-ils pour s’installer et quelles stratégies mettent-ils en place ? Quelles formes ces installations prennent-elles ? Quels liens entretiennent-il avec la ville et dans quels réseaux s’insèrent-ils ?
Cette thèse met en place une méthodologie qualitative pour appréhender les processus d'installation des néo-agriculteurs. Pour penser les migrations de l’urbain vers le rural et analyser les liens à la ville des néo-agriculteurs, notre démarche s’inspire des travaux sur les réseaux et circulations qui structurent les migrations internes et internationales. L’enjeu est de pouvoir prendre en compte la question des opportunités et des stratégies déployées par les néo-agriculteurs dans la mise en lien des lieux et des hommes, entre ville et campagne. Notre entrée par la géographie sociale se centre ainsi sur l’acteur migrant et sa trajectoire pour analyser ses pratiques, ses prises de décision et les ressources mobilisées dans le processus de retour à la terre