Soutenance de thèse

Le Lundi, 14. juin 2021 -
14:00 - 19:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles

Monsieur Alain ROGER

Soutiendra lundi 14 juin 2021 à 14 h

Salle des Actes n° 011, Site Saint-Charles 1

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Esthétique

Titre de la thèse : L'intranquillité : figures et théorie. (Pour une définition de l'intranquillité dans le champ de l'Esthétique)

Composition du jury :

  • Mme Marie BOURJEA, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • M. Jacinto LAGEIRA, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Patricia LIMIDO, Professeure, Université de Paris
  • M. Jean-Claude PINSON, expert
  • M. Patrick QUILLIER, Professeur, Université Côte d’Azur

Résumé de la thèse :

Si la plupart des néologismes affirment morphologiquement leur nouveauté, tel n'est pas le cas de l'« intranquillité » que son antinomie semble doter d'une sorte d'évidence. Cette modestie néologique et son emploi dans ce qu'Arthur Danto a appelé le « monde de l'art » expliquent en grande partie la fortune du terme.
Proposer une définition qui tienne compte de ses usages constitue le but de la recherche exposée dans cette thèse. Faute d'un corpus établi, la réflexion s'appuie sur des « figures » issues de ce « monde de l'art », qui ont suscité ou revendiqué l'emploi du terme : un panneau peint au XVe siècle, le livre éponyme de Bernardo Soares, la coterie des hétéronymes mise en place par Fernando Pessoa, la série des dessins de Tatiana Trouvé, le poèthe selon Jean-Claude Pinson.
Étudiées selon cette intentionnalité méthodologique, les cinq « figures » permettent de faire émerger des horizons de sens. Cette méthode est parente de ce qu'Emmanuel Kant décrit comme « faculté de juger réfléchissante ». Grâce à leur mise en relation, étape par étape, ces horizons font apparaître une convergence définitoire qui permet d'avancer que l'« intranquillité » peut désigner une modalité d'accès à soi, dont les enjeux éthiques, esthétiques et pratiques trouvent leur origine dans des processus de formation de l’oeuvre d'art.