Soutenance de thèse

Le Lundi, 4. octobre 2021 -
14:00 - 19:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles

Madame Sabine NASSER

Soutiendra lundi 4 octobre 2021 à 14 h

Salle des Actes n° 011, Site Saint-Charles 1

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Arts spécialité Études cinématographiques et audiovisuel

Titre de la thèse : Corporéité de la femme dans le cinéma libanais (1950-2011)

Composition du jury :

  • Mme Pietje FEENSTRA, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • Mme Réjane HAMUS-VALLÉE, Professeure, Université d’Évry
  • Mme Claire PICOD, Professeure, Université de Perpignan Via Domitia
  • Mme Marion POIRSON-DECHONNE, Maîtresse de conférences habilitée, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice de thèse
  • M. Angel QUINTANA, Professeur, Université de Gérone (Espagne)

Résumé de la thèse

Le corps féminin est source de fascination et d’imagination pour le cinéma libanais. Celui-ci véhicule des représentations protéiformes qui émanent d’une culture et d’une mémoire donnée. Dans le cadre du cinéma libanais bouleversé par la mémoire de la guerre civile, la figure de la femme enregistre en elle les strates spatio-temporelles et garde la marque du temps. Cette thèse se propose d’explorer les dimensions du corps féminin dans le cinéma libanais et la multiplicité des rapports qu’il tisse avec la mémoire. Nous examinerons en parallèle les mutations de la société libanaise et du corps féminin sous le prisme de la guerre. Dans cette perspective, étudier le corps dans le cinéma libanais reviendrait nécessairement à investiguer la corporéité comme le résultat d’une culture où s’inscrit les ressorts (in)conscients de genre. Un corps à la fois émetteur et récepteur, il est capable de dévoiler la mémoire de « l’autre » et d’inscrire sa propre mémoire. Il est ainsi à la fois dépositaire d’une mémoire et créateur de sa propre mémoire. À travers l’analyse filmique et iconographique du cinéma de 1950 à 2011, nous chercherons à exposer la mémoire du corps féminin. L’objectif est de provoquer la rencontre et le dialogue entre les études cinématographiques et les études de genre afin de mieux déceler les représentations hétéroclites dans la société patriarcale