Anciennes expositions

Le temps des Styrènes - Jean-François Gavoty

26 octobre – 20 décembre 2011

L’exposition temporaire de Jean-François Gavoty, Le temps des Styrènes, présentée dans un musée encore en chantier, a permis de renouer avec le rôle du musée comme lieu culturel au sein de l’université. Cette manifestation, proposée par le Musée des Moulages en collaboration avec le Master Conservation, gestion et diffusion des œuvres d’art du XXe et du XXIe siècles, bénéficiait du soutien du service Arts Plastiques de la DRAC Languedoc- Roussillon, de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes, du Musée Fabre, du Site archéologique Lattara – Musée Henri-Prades et du FRAC Languedoc-Roussillon.

Cette exposition a permis l’insertion de l’art contemporain dans le musée et le dialogue des figures de polystyrène de Jean-François Gavoty avec la statuaire antique, partiellement visible à l’intérieur des coffrages en bois.

L’exposition était couplée à un colloque, Temps des Styrènes. Antiquité – Art contemporain – Archéologie, et à une conférence grand public. Le colloque s’est déroulé le 17 novembre à l’auditorium du Site archéologique Lattara – Musée Henri-Prades (Œuvres contemporaines et Archéologie : quels dialogues ?) et le 18 novembre à l’auditorium du Musée Fabre (La perception de l’antique par les artistes contemporains). La conférence grand public a eu lieu à l’auditorium du Musée Fabre : Marie-Laure Bernadac, L’art contemporain au Musée du Louvre.

 

 

Le Saint et le Guerrier : les portraits de Guilhem

26 avril – 30 mai 2012

Exposition proposée, conçue et financée par la Mairie de Saint-Guilhem-le-Désert, avec la participation de l’Université Paul-Valéry et du Musée des Moulages de l’Université Paul- Valéry.

Dans le cadre des manifestations organisées pour commémorer le 12e centenaire de la mort de Guilhem, la municipalité de Saint-Guilhem-le-Désert a souhaité créer un événement dans la ville de Montpellier. En raison des liens qui unissent depuis des décennies le département d’Histoire de l’art et archéologie de l’Université Paul-Valéry et la commune héraultaise, le choix du campus semblait s’imposer.

Cette exposition a permis de mettre en exergue le volet médiéval du musée ainsi que de renforcer les liens avec le site de Saint-Guilhem-le-Désert, de première importance dans la région Languedoc-Roussillon.

 

 

 

Le Patrimoine caché de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3

17 septembre 2012 – 8 mars 2013

L’exposition a été inaugurée en 2012 à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine (15 et 16 septembre 2012). Elle a permis d’expliquer la spécificité d’un musée universitaire et son apport à l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art antique et médiéval, à travers un parcours qui commence à la fin du XIXe siècle et qui aboutit au début du XXIe siècle. Un échantillon des différentes collections du musée a été présenté : copies de la sculpture antique ; collections d’antiques égyptiens, grecs et romains ; photographies et plaques de verre.

 

 

 

 

 

 

Mauvais genre, du corps antique … au corps queer

2 – 19 avril 2013

Exposition dans le cadre du Festival de Lutte contre les Discriminations

Dans le cadre du 5e festival de Lutte contre les Discriminations, l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 a présenté, au sein du Musée des Moulages, l’exposition "Mauvais genre, du corps antique … au corps queer".

Le vernissage de l’exposition a eu lieu au Musée des Moulages le 2 avril 2013, et a été précédé d’une conférence d’ORLAN "Ceci est mon corps… Ceci est mon logiciel"  au Théâtre la Vignette.

 

 

 

 

 

 

Des Savoirs à la Lumières : les collections des universités montpelliéraines

7 novembre 2014 – 1er février 2015

Espace Dominique Bagouet , Esplanade Charles de Gaulle

A l’invitation de la Ville de Montpellier, les universités montpelliéraines et notamment le Musée des Moulages s’associent à ce projet afin d’y exposer certains éléments de leurs collections exceptionnelles.

En savoir plus :

Publication DUO  (DRAC-LR) :  duo-patrimoine-universitaire.pdf

 

 

 

 

 

 

La Garde Républicaine - Xavier Veilhan

8 septembre 2015 – 15 juin 2016

Pour marquer le caractère exceptionnel et la solennité de sa réouverture, le Musée des Moulages de l’Université Paul-Valéry 3 et le Fonds Régional d’Art Contemporain du Languedoc-Roussillon (FRAC-LR), ont exposé, avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC L-R) et du Conseil régional Languedoc-Roussillon :

La Garde Républicaine de Xavier Veilhan

La Garde républicaine est constituée d’un ensemble de quatre gardes à cheval d’aspect générique. Sculptées dans de la mousse polyuréthane puis peintes, les statues se tiennent comme des figurines à taille réelle, soumettant au regard l’image de l’État, d’une manière statique. À partir de la réalité contemporaine, Xavier Veilhan ré-interroge la pratique traditionnelle de la sculpture équestre. Sans recherche de mimétisme virtuose, l’artiste nous donne à voir des instruments pour comprendre une réalité dont ses œuvres ne sont que des sous-ensembles. Il interroge également les notions d’apparat et de pouvoir que la démocratie française continue à emprunter aux Dragons de l’Empereur. Ces sculptures anthropomorphes sont des archétypes réduits à l’essentiel qui parviennent immédiatement à établir un intimidant rapport d’autorité sur le visiteur.

 

Les pierres oubliées de Samothrace - Arnaud Vasseux

Du 7 octobre 2016 au 27 janvier 2017

►Une exposition réalisée grâce au soutien de la DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et du Musée du Louvre.

Vidéo présentant l’exposition.

►Un colloque autour du thème de la « Copie » a été organisé  les 8 et 9 décembre 2016 en lien avec cette exposition.

En 2013 et 2014, le musée du Louvre a entrepris la restauration de la Victoire de Samothrace. Cette restauration est la quatrième réalisée par le musée (la précédente eut lieu en 1934) ; elle a consisté à améliorer l’aspect du monument par le nettoyage de chaque élément ainsi que par la suppression du bloc de marbre gris qui, depuis 1934, servait de socle à la statue. 

Cette restauration a été l’occasion d’étudier précisément et de vérifier le rôle et l’emplacement d’un bloc laissé à Samothrace en 1879 par Charles Champoiseau, le 17e bloc qui vient combler le vide à l’arrière de l’assise supérieure du navire, et qui soutenait la statue. C’est l’histoire de ce bloc, brisé en deux, et resté depuis sur l’île de Samothrace, située au nord de la mer Égée, qui a retenu l’attention d’Arnaud Vasseux.

L’exposition conçue pour le musée des moulages a présenté les copies des deux fragments du bloc, ainsi qu’un ensemble de documents qui retrace l’observation et l’étude de ce bloc. 

 

Papier, plâtre et pixel : la quête du musée virtuel

25 avril – 30 juin 2017

Papier-Plâtre–Pixel explore le thème du musée virtuel. Un musée virtuel rassemble des objets matériellement dispersés mais présents sous forme d’alias. Il peut être un musée de papier, donc un livre reproduisant des artefacts en deux dimensions. PPP expose quelques ouvrages anciens de ce genre conservés à la Bibliothèque interuniversitaire de Montpellier (BIU).
Le plâtre permet de reproduire les œuvres en trois dimensions. Le Musée des moulages en est un bel exemple. Il présentera aussi une acquisition récente, deux boites de micro-moulages par l’atelier Paoletti réalisés à Rome vers 1830, à côté de petits tirages par imprimante 3D de la Vénus d’Arles.
Depuis quelques années le numérique prend le relai. L’achat de trois bornes numériques par le Musée des Moulages permet de présenter au public la numérisation de certaines planches d’ouvrages patrimoniaux de la BIU et des animations numériques.

Partenariats :
Musée des Moulages (Université Paul Valéry – Montpellier)
BIU – Bibliothèque interuniversitaire (Université Paul Valéry – Montpellier)
ITIC – Institut des Technosciences et de la Communication (Université Paul Valéry – Montpellier)

L'Oeil de Rodin

Rodin_Affiche

27 septembre 2017 - 27 janvier 2018

UNE EXPOSITION INÉDITE À MONTPELLIER ORGANISÉE DANS LE CADRE DU CENTENAIRE AUGUSTE-RODIN 1917-2017

Le Musée Rodin et le Musée des Moulages se sont associés pour proposer une exposition temporaire sur Rodin, dans le cadre du Centenaire Auguste Rodin 1917 – 2017. Il s’agira d’expliquer sa fascination pour l’antique ainsi que les influences visibles dans son oeuvre. Il sera question également de montrer l’importance du plâtre, voire du moulage, aussi bien dans sa production artistique que dans la formation de sa collection d’antiques.

L’exposition présentera huit statues en bronze d’Auguste Rodin et une vingtaine de moulages appartenant à sa collection personnelle.
Ces oeuvres, qui permettent d’illustrer la leçon de l’antique, seront directement confrontées aux grands modèles grecs exposés au sein du musée. L’exposition abordera aussi la question des ateliers et des musées de moulages à travers l’Europe à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, de même que l’importance du moulage pour les artistes dans leur connaissance de la sculpture antique.
Le visiteur sera également invité à suivre un parcours à travers la collection permanente du musée, où il pourra découvrir le regard et les admirations de Rodin sur quelques antiques célèbres, comme la Vénus de Milo, les sculptures du Parthénon ou la Victoire de Samothrace.

Commissariat :
Bénédicte Garnier (Musée Rodin) / Rosa Plana-Mallart (Musée des Moulages)

Exposition réalisée avec le soutien de :
Musée Rodin, Université Paul-Valéry Montpellier 3, DRAC Occitanie, Labex Archimède, UFR4 Facultés des Sciences sociales, des organisations et des institutions de l'UPVM3

Livret de l'exposition