Elodie Lopes - Chargée de catalogage de manuscrits anciens

Chargée de catalogage de manuscrits anciens

Master Métiers du livre et de l’édition, promo 2016

" Depuis l’obtention de mon diplôme, je travaille à la Bibliothèque historique de médecine de Montpellier. Je suis actuellement chargée de catalogage de manuscrits anciens. Ces manuscrits vont du XVIe jusqu’au XIXe siècle ; parmi eux, figurent la riche correspondance de la Reine Christine de Suède (17 volumes de lettres) et la correspondance de l’érudit et académicien Cassiano Dal Pozzo. Je catalogue surtout ces correspondances sous format numérique, sur Calames, dans le but de valoriser notre patrimoine, si bien conservé à la faculté de médecine.  

Après une formation en Lettres Modernes, spécialité Métiers de l’écrit et de la culture, j’ai réalisé un master Métiers du Livre et de l'Edition qui m'a d’abord été très utile du fait qu’il soit professionnel. En effet, en deuxième année de master, nous avions un stage de 4 ou 6 mois à réaliser. Pour ma part, je l’ai effectué à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, dans le laboratoire de recherche IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités). Après mon mémoire de recherche en Master 1, je me suis épanouie dans le monde de la recherche ; je voulais donc faire de la recherche en édition. Mais il n’y a pas de cursus en Lettres pour cela : soit on choisit le master recherche, soit le master édition. Pourquoi pas, donc, faire un stage de 6 mois en laboratoire de recherche, dans lequel les chercheurs produisent des éditions numériques et critiques de corpus littéraires. Il était donc question de mêler « édition » et « recherche ». 

Ce laboratoire lyonnais travaille aussi avec les Humanités Numériques (toujours dans un but de valoriser le patrimoine littéraire), et c’est la raison pour laquelle je suis partie à Lyon. Effectivement, à Montpellier cette discipline n’était pas encore très développée. Le but du stage était donc d’apprendre à utiliser ces humanités numériques (apprentissage du codage informatique en TEI-XML, de l'indexation de données, exercices sur les outils numériques utiles à la recherche). Le master MLE m’offrait donc la possibilité de partir (en stage) pour acquérir de nouvelles compétences qu’il n’offrait pas. Je suis donc devenue ambivalente : le master m’avait donné les connaissances sur le domaine éditorial, et le stage, les connaissances en numérique. C’est cette polyvalence qui m’a permis d’être recrutée à la BIU de médecine (il fallait en effet savoir coder en XML, mais aussi avoir des connaissances dans le monde éditorial pour établir des notices précises des manuscrits). Ce stage était en outre un merveilleux avantage pour débuter professionnellement. 

Le master MLE est également riche de ses deux volets : le master 1 est davantage tourné vers la recherche et le master 2 vers le monde professionnel éditorial. Il est intéressant dans le sens où il offre la possibilité de travailler  dans le secteur de la recherche ainsi que dans des maisons d’éditions / librairies / bibliothèques. "